Retour

Une base de lancement de fusées en Nouvelle-Écosse?

Une localité isolée du nord de la Nouvelle-Écosse pourrait accueillir une base de lancement de fusées de 100 millions de dollars.

La région de Canso-Hazel Hill, dans le comté de Guysborough, fait partie d’une liste restreinte de sites en Amérique du Nord retenus par une entreprise néo-écossaise qui veut créer une nouvelle rampe de lancement de fusées porteuses de satellite vers l’espace.

Maritime Launch Services tient une journée portes ouvertes à la caserne de pompiers de Canso-Hazel Hill mardi soir pour faire connaître son projet aux résidents.

L'entreprise a été formée par trois compagnies américaines. Son président, Steve Matier, considère le site néo-écossais comme « le plus mûr au Canada, en ce moment, mais pas le seul candidat ».

M. Matier a passé l’année dernière à évaluer une quinzaine de sites de lancement en Amérique du Nord pour la fusée ukrainienne Cyclone 4M.

La région de Canso-Hazel Hill a des antécédents en matière d'infrastructures de communications. C’est à cet endroit, dans les années 1880, qu’a abouti le premier câble sous-marin de communications entre l’Europe et l’Amérique du Nord. C’est par ce même câble que la nouvelle du naufrage du Titanic a été transmise, en 1912, ainsi que la nouvelle de l’armistice, en 1918.

Un site idéal

Il s’agirait aussi d’un lieu propice au lancement de fusées dans l’espace. Selon Steve Matier, l’endroit est parfait pour la trajectoire de vol requise, il est proche des infrastructures nécessaires et suffisamment distant des grands centres urbains.

En 2010, l’Agence spatiale canadienne avait envisagé l’installation d’une rampe de lancement de fusées portant de petits satellites au Cap-Breton. Un autre projet, PlanetSpace, avait aussi ciblé le Cap-Breton, en 2006, comme base de lancement pour la NASA.

Mais ces projets n’ont pas abouti, de telle sorte qu’il n’y a toujours aucune base de lancement de fusées ni en Nouvelle-Écosse ni ailleurs au Canada.

L’Agence spatiale canadienne doit se tourner vers des partenaires extérieurs comme la NASA, la JAXA, au Japon, ou l'ESA, en Europe, pour lancer des satellites dans l’espace.

Selon Steve Matier, la demande mondiale pour les services de lancement de satellites est forte. Le projet envisagé au Cap-Breton comprendrait une base de lancement et des installations de préparation, à 2 km de distance.

Si la population y est favorable et que les gouvernements fédéral et provincial donnent leur aval, une rampe de lancement à Canso-Hazel Hill pourrait envoyer ses premiers satellites dans l’espace dès 2019.

Maritime Launch Services compte choisir un site parmi ceux retenus d’ici la mi-mars.

Plus d'articles