Retour

Une bonne année pour l’industrie minière en Abitibi-Témiscamingue

Le prix de l'or et la faiblesse du dollar canadien ont permis à plusieurs entreprises de la région de se démarquer en 2016. Contrairement à 2015, l'année qui se termine a été bonne pour l'industrie minière en Abitibi-Témiscamingue.

Bien que le prix de l'or ait connu une légère baisse au cours des derniers mois de 2016, il s'est maintenu un bon moment au-dessus de 1 700 dollars canadiens l'once. Du jamais vu depuis 2012. « C’est une situation bénéfique pour les compagnies ayant des mines en production », explique Christian Boursier, vice-président des opérations à Mines Richmont.

On parle avec les entrepreneurs, on parle avec les entrepreneurs de forage au diamant, ils sont tous occupés, on commence même à revivre un petit peu un manque de main-d'œuvre.

Christian Boursier

Des investisseurs plus confiantsLe directeur général de la mine Westwood d'Iamgold, Sylvain Lehoux, abonde dans le même sens. Selon lui, la confiance des investisseurs revient tranquillement. Il souligne d'ailleurs le travail du ministre Luc Blanchette, au moment où il était ministre délégué aux mines.« On a refait les bases, la crédibilité au niveau des mines au Québec, explique-t-il. Il y a beaucoup de visites de la part de beaucoup d'analystes à travers le monde qui s'intéressent aux minières de l'Abitibi-Témiscamingue. »

Année transitionnelleLa directrice générale de l'Association d'exploration minière du Québec (AEMQ), Valérie Fillion, perçoit quant à elle 2016 comme une année de transition. « On a vu une certaine stabilisation, une reprise un peu dans les investissements, mais toujours de façon prudente. Dans tous les congrès où nos membres vont, où il y a des investisseurs, on nous dit que le climat change un peu, mais ça ne part pas en peur », estime-t-elle.

Plus d'articles

Commentaires