Retour

Une bonne période pour les producteurs de bois d'œuvre

Le prix du bois d'œuvre est actuellement à son meilleur niveau depuis des années en raison notamment de la vigueur de l'industrie de la construction américaine et du taux de favorable, selon un professeur de l'Université Laval.

Un texte de François Robert

Les experts du domaine sont familiers avec un indice de prix composé qui tient compte de plusieurs formats de bois régulièrement en demande comme les deux par quatre, explique Luc Bouthilier, professeur de politique forestière et d'évaluation environnementale à la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique de l'Université Laval, en entrevue à l'émission Info-Réveil.

« Il y a un indice de prix composé, ça se promène entre 620 et 580 $ par les temps qui courent, note Luc Bouthilier, il y a dix ans on avait 250 $. Pourquoi? Parce que la construction américaine va très bien, pratiquement 1,2 million de mises en chantier sur une base annuelle. »

En comparaison, « si on retourne en 2007-2008, il n'y en avait même pas 500 000 [mises en chantier]. Il y a une demande pour le bois et cette demande s’accompagne d’un taux de change favorable aux exportateurs canadiens », indique Luc Bouthilier.

La confiance au rendez-vous

La baisse d’impôts mise de l’avant par le président Trump pourrait aussi donner un coup de pouce à nos exportateurs. « Une économie qui va bien, des ponctions fiscales qui diminuent ça signifie que l’on a plus les moyens et surtout l’optimisme pour s’embarquer dans l’achat d’une maison et dans la rénovation ou l’agrandissement d’une maison », analyse Luc Bouthilier.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres

Les sinistrés vont aussi générer des ventes de bois d’œuvre.

Litige du bois d’œuvre

Luc Bouthillier ne mâche pas ses mots par rapport à la politique américaine en matière de bois d’œuvre. « Cela met en évidence l’absurdité du cinquième litige canado-américain sur le bois d’œuvre c’est que les Américains ne sont pas autosuffisants. Quand la construction va bien du côté américain, on a besoin des Canadiens. »