Retour

Une entente qui arrive comme un baume pour les retraités de Cliffs

Le président du comité des retraités de Cliffs ressources naturelles à Sept-Îles, Gordon St-Gelais, qualifie l'entente survenue au cours des derniers jours comme une très bonne nouvelle. Les retraités et anciens travailleurs de la minière Cliffs pourront récupérer environ 60 % du manque à gagner de leur régime de retraite, ce qui correspond à 18 des 28 millions manquants.

Un texte de François Robert

En vertu de cette entente, ils se partageront aussi un montant forfaitaire d'environ 10,9 millions de dollars pour compenser la perte de leur régime de retraite après que la compagnie minière se soit placée sous la loi sur les arrangements avec les créanciers, en 2015.

Cette entente doit encore recevoir le feu vert de l’assemblée des créanciers le 18 juin et être approuvée par la cour.

La plupart des créanciers se sont engagés à recommander l’acceptation de l’entente, selon Nicolas Lapierre, coordonnateur régional des Métallos.

Gordon St-Gelais rappelle que ce n’est pas un cadeau, mais bien un salaire différé qui leur était dû.

Le président du comité des retraités insiste aussi sur le profond sentiment d’injustice vécu par son groupe après que Cliffs se soit mise sous la loi de protection contre les créanciers.

« Ah, injustice totale Monsieur, lance Gordon St-Gelais. Vous ne pouvez pas savoir tous les problèmes que ça a apportés. Des problèmes de santé, des problèmes de stress épouvantables. [...] Vous parliez avec des retraités et il y avait toujours une crainte : " On va-tu être coupé encore sur notre fonds de pension? " C’est immense! »

Le coordonnateur des Métallos pour la Côte-Nord, Nicolas Lapierre, se réjouit de l’entente survenue au cours des derniers jours.

Nicolas Lapierre constate que la persévérance dans ce dossier a fini par rapporter.

« On peut penser avec beaucoup de certitude que tout ce dossier-là va se terminer en 2018 et que toutes les inquiétudes de nos retraités vont être en arrière d’eux. Je vous dirais qu'on est contents de ne pas avoir lâché. On n’a pas lâché nos retraités et ça porte fruit. On a toujours cru qu'on était capables d’aller chercher de quoi et on ne les a jamais lâchés, on est très contents du résultat. »

Les Métallos et les retraités laissent tomber leurs recours judiciaires. « C’est clair que s’il n’y avait pas eu cette entente-là, il y avait une panoplie de recours juridiques qui étaient en cours. »

Changement législatif

Nicolas Lapierre croit qu’il est important de poursuivre le combat pour faire changer la loi afin de s’assurer que, dorénavant, les travailleurs et les retraités soient considérés comme des créanciers prioritaires lorsqu’une faillite survient ou qu’une compagnie se place sous la loi de protection contre les créanciers.

Deux projets de loi ont été préparés en ce sens, l’un par la bloquiste Marilène Gill et un autre par le NPD. Selon les discussions qu’a eues Nicolas Lapierre lors de son récent passage à Ottawa, il semble peu probable que les libéraux appuient ces projets de loi. Les libéraux pourraient proposer leur propre projet de loi un peu plus tard.

Gordon St-Gelais croit lui aussi qu’il est important que la législation soit modifiée afin que d’autres travailleurs et retraités n’aient pas à vivre ce qu’ont traversé les anciens de Cliffs.

Avec la collaboration de Katy Larouche et William Phénix

Plus d'articles