Retour

Une entreprise américaine promet un avion électrique hybride pour 2022

Au moment où les voitures électriques sont en plein essor, un petit avion hybride pourrait fendre l'air en 2022, a annoncé jeudi la jeune entreprise Zunum Aero, en partenariat avec l'avionneur Boeing et la compagnie aérienne JetBlue.

Propulsé par deux moteurs électriques, l’appareil pourra transporter 12 passagers sur des distances de moins de 1600 km, à une vitesse de pointe de 550 km/h. C’est de moitié moins rapide que les 900 km/h qu’atteignent les avions conventionnels.

Un moteur à combustion et un générateur d’électricité permettront de maintenir l’avion dans les airs, si les batteries viennent à s’épuiser.

D’ailleurs, l’avion serait alimenté par des batteries comme celles que produisent Tesla et Panasonic pour les véhicules. Zunum n’a toutefois pas d’entente avec ces fournisseurs.

« Nous mettons au point notre avion pour qu’il puisse profiter de la meilleure technologie en matière de batterie dans les années 2020 », indique Ashish Kumar, PDG de l’entreprise installée à Kirkland, dans l’État de Washington.

Les échéanciers de Zunum Aero laissent entendre que le développement de ce petit avion sera bousculé par l’évolution rapide des batteries et des systèmes d’intelligence artificielle.

Or, c’est justement grâce aux avancées technologiques en matière de batterie, de moteurs légers et de composites de carbone que Zunum espère réduire du cinquième le coût d’un petit jet ou d’un avion turbopropulsé, selon Matt Knapp, cofondateur et ingénieur aéronautique en chef.

Entre le taxi et les vols régionaux

Loin de l’idée de faire homologuer le premier avion électrique, la jeune entreprise veut plutôt exploiter le marché des trajets courts. Ses avions partiraient de petits aéroports en périphérie des grandes villes afin de réduire la durée et le coût des vols.

« Les compagnies aériennes cherchent à savoir comment voler sur de petite distance tout en faisant de l’argent », explique Matt Knapp.

En ce moment, 96 % du trafic aérien passe par seulement 1 % des aéroports aux États-Unis, ce qui laisse des milliers d’aéroports inexploités, observe M. Knapp qui souhaite relier plusieurs de ces destinations.

Un aller entre la Silicon Valley et Los Angeles pourrait se détailler à 120 dollars américains, estime l’entreprise. Le trajet durerait deux heures au lieu de quatre, puisque les passagers éviteraient les habituelles longues files d’attente des grands aéroports.

« Aujourd’hui, chaque fois que vous vous rendez à l’aéroport pour un vol de 1600 km, vous passez 70 % de votre temps au sol », déplore Ashish Kumar.

Soutenue par les divisions de capital de risque de Boeing et de JetBlue, l’entreprise entrevoit produire des appareils alimentés entièrement par batterie qui pourraient être pilotés par une seule personne ou même à distance.

Plus d'articles

Commentaires