Retour

Une entreprise émergente à la recherche de programmeurs à Rimouski

L'entreprise américaine Jive Communications cherche à attirer des travailleurs à Rimouski pour combler des postes de programmeur informatique. L'entreprise, qui a déjà des bureaux à Montréal et à Québec, dit offrir des salaires similaires à ceux des grands centres, tout en misant sur la qualité de vie du Bas-Saint-Laurent.

Un texte d'Isabelle Damphousse, d'après une entrevue de Richard Daigle à l'émission Le monde d'aujourd'hui

Jive Communications est à la recherche de 14 programmeurs informatiques pour ses bureaux de Rimouski qu’elle a ouverts il y a sept mois.

L’entreprise de téléphonie IP est à la recherche de programmeurs capables de développer des logiciels pour l'élaboration de sa plateforme.

C’est le chef d’équipe informatique de l’entreprise, Stéphane Brillant, qui a convaincu l’entreprise de s’installer dans la région.

Le programmeur a été recruté par l’entreprise, mais il ne voulait pas se déplacer vers les grands centres. Il a donc proposé à Jive Communications d’ouvrir un bureau à Rimouski, ce que l’administration a accepté.

Toutefois, le recrutement de programmeurs expérimentés s’avère complexe, d’autant plus que les programmeurs sont en forte demande à Rimouski, estime M. Brillant.

Selon lui, même si la ville est dotée de bonnes institutions d’enseignement qui forment de la main-d’œuvre spécialisée en informatique, les entreprises ont de la difficulté à attirer des candidats qui ont acquis de l’expérience dans le domaine.

Occasion d’affaires au Québec

Basée aux États-Unis, Jive Communications, a flairé une occasion d’affaires au Québec.

Les salaires y sont moindres qu’aux États-Unis et le gouvernement provincial offre des crédits en recherche et en développement intéressants pour les entreprises, selon M. Brillant.

L’entreprise compte à l’heure actuelle deux employés à Rimouski. Si elle est incapable de pourvoir les postes dans la région, elle devra se résoudre à embaucher des programmeurs dans les grands centres.

« On va aller où les cerveaux sont disponibles », dit M. Brillant qui espère toujours réussir son pari d'attirer des programmeurs des grands centres à Rimouski.