Retour

Une période des Fêtes record pour Postes Canada

À quelques jours de Noël, le centre de tri des colis de Postes Canada à Québec est une véritable fourmilière. Des milliers de boîtes en provenance de partout au pays valsent de main en main pour être acheminées à leur destination finale.

Un texte de Maxime Corneau

Il faut dire que le marché du colis crée une véritable révolution à la société d’État. Ses employés devraient traiter 7 millions de paquets de plus qu’à la période des Fêtes l’an dernier pendant laquelle 37 millions de colis avaient été distribués dans tout le pays.

« Les volumes ont carrément explosé cette année », raconte Louis Lefebvre, gestionnaire des opérations au centre de tri de Québec.

Ces jours-ci, ses employés acheminent quotidiennement quelque 50 000 colis dans la capitale, une augmentation de 7 % par rapport à 2015, qui était déjà une année record.

« Le marché de demain, c’est le colis. Avec les commandes en ligne, l’Internet, ça nous appelle à nous dépasser et à nous restructurer », dit M. Lefebvre.

Avec le déclin de la lettre, le colis a littéralement sauvé Postes Canada qui a profité de son réseau de distribution pour devenir un des meneurs dans l'industrie.

Pour les employés, ce nouveau marché représente la pérennité de leurs emplois. « On a eu de l’ouvrage », lance René Beaulieu pour résumer les dernières semaines.

L'homme travaille à Postes Canada depuis 17 ans. Il se dit heureux pour ceux qu’il appelle affectueusement « les jeunes », qui peuvent aujourd’hui espérer avoir une longue carrière au sein de la société d'État.

« Le plancher est presque vide, c’est parce qu’on a roulé, on fournit! » lance M. Beaulieu avant de retourner à ses cartons.

Pour répondre à la demande des Fêtes, Postes Canada a embauché près de 2500 employés saisonniers et loué 900 véhicules supplémentaires. Dans les grandes villes, la livraison a même été étendue la fin de semaine pour vider les entrepôts.

Au Canada, la journée du 12 décembre aura été la plus occupée avec près de 3500 colis livrés à la minute.

Plus d'articles

Commentaires