La société minière Cameco affiche une perte nette de 62 millions de dollars pour l'année 2016, en raison notamment d'une dépréciation de 362 millions de dollars de ses actifs.

La direction de l’entreprise établie à Saskatoon explique que la valeur de sa mine de Rabbit Lake, dans le nord de la Saskatchewan, s'est écroulée de 124 millions au deuxième trimestre et celle de Kintyre, en Australie-Occidentale, de 238 millions au quatrième trimestre.

« L’année s’est révélée être une autre période difficile pour le marché de l’uranium », a déclaré le président-directeur général, Tim Gitzel dans un communiqué. Il souligne toutefois que la performance de ce secteur-clef reste solide, même si le cours de l’uranium a atteint son point le plus bas en 12 ans.

La minière a annoncé l’abolition de 120 postes dans ses mines d'uranium de McArthur River, de Key Lake et de Cigar Lake, en Saskatchewan, en janvier.

En avril 2006, elle avait mis à pied 500 travailleurs en raison de la suspension de sa production à la mine Rabbit Lake.

Malgré la faiblesse du cours de l’uranium depuis six ans, M. Gitzel croit que la demande pourrait augmenter dans le futur, en raison de la croissance de la construction de réacteurs nucléaires.