Retour

Une pétition en faveur d'une consigne pour les bouteilles de vin

Aux grands maux économiques et environnementaux, les grands remèdes : trois organisations syndicales ont lancé dimanche une pétition, sur le site web de l'Assemblée nationale du Québec, pour que soit mise en place une consigne s'appliquant aux bouteilles de vin et de spiritueux.

Un total de 175 millions de bouteilles terminant leur vie utile dans une décharge : voilà le nombre de contenants en verre qui, une fois vendus par la Société des alcools du Québec (SAQ), ne sont pas recyclés ou récupérés, sur les 218 millions de bouteilles écoulées chaque année.

Au total, le taux de récupération s'élève à peine à 14 %.

Aux yeux de Dominic Lemieux, adjoint au directeur québécois des Métallos, l'impact environnemental de cette absence de système de récupération est effarant.

« Chaque année, on creuse un trou, on prend 175 millions de bouteilles et on les met dans le trou. Ça n’a pas de bon sens! » lance-t-il.

Pire encore, a-t-il confié en entrevue mardi à l'émission Médium Large, sur les ondes d'ICI Radio-Canada Première, certaines usines utilisant du verre recyclé pour fabriquer divers produits éprouvent des difficultés à s'approvisionner, ce qui, ultimement, fait augmenter le risque de pertes d'emplois dans le secteur manufacturier et ailleurs dans l'économie.

Un matériau fragile

L'une des principales embûches, sur la route vers une meilleure récupération et un recyclage plus important du verre, est le fait que les contenants ont tendance à se briser lors du transport vers les centres de tri, et que les morceaux de verre contaminent ensuite les autres produits destinés au recyclage.

« Nous avons effectué, il y a environ un an et demi, une première activité de mobilisation, et plusieurs clients de la SAQ ont non seulement été surpris du faible taux de récupération des bouteilles de vin, mais se sont aussi prononcés en faveur d'une consigne », a mentionné M. Lemieux.

« On a également appris, en rencontrant divers organismes, qu'il existait déjà une consigne pour certains fournisseurs, qui doivent payer un montant à la SAQ dans le but d'améliorer le recyclage du verre. »

Toujours selon M. Lemieux, des représentants des Métallos ont rencontré des employés des centres de tri et des syndicats représentants des travailleurs de la SAQ. Ensemble, les trois regroupements syndicaux - Métallos, SPFQ et CSN - sont allés visiter « 18 ou 19 SAQ, pour commencer à y faire signer une version papier de la pétition [en faveur de la consigne] ».

Aux yeux des syndicats, le dossier de la consigne des bouteilles en est par ailleurs un où la protection de l'environnement s'accorde avec le maintien et la création d'emplois.

En date de mardi soir, la pétition, parrainée par la députée de Québec solidaire Manon Massé, recueillait plus de 9600 signatures.

Au pays, seuls le Manitoba et le Québec ne disposent pas d'une consigne pour les bouteilles de vin et de spiritueux.