Retour

Une première ontarienne pour la braderie de la mode québécoise

Toronto accueille cette fin de semaine la Grande Braderie de la mode québécoise. C'est la première édition à avoir lieu en Ontario, et par le fait même, à l'extérieur du Québec.

L'événement a d'ailleurs été rebaptisé « The Big Fashion Sale by Québec Designers » pour le public anglophone.

Près de 50 designers québécois y participent tout au long de la fin de semaine.

Le cofondateur de la collection Iris Setlakwe, Patrick Forté, y voit là une occasion en or de créer des liens avec une nouvelle clientèle.

Il explique notamment que la braderie lui « permet de liquider de vieux inventaires ».

Avec la popularité croissante du magasinage en ligne, ce type d'événement éphémère gagne en importance pour les créateurs.

Il s'agit d'une opportunité qui charme Gabrielle Desgagné, propriétaire de la boutique Jax n Joe, de Québec. « Toronto c'est une ville de mode. Ça me fait rêver. Je trouve ça vraiment cool. Tout le monde est fashion. (...) Je veux agrandir mon marché et cette ville la c'est une bonne ville cible pour moi », explique-t-elle.

Favoriser les échanges entre le Québec et l'Ontario

Le ministre québécois des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne, Jean-Marc Fournier, indique pour sa part que les événements comme la braderie de la mode favorisent les échanges entre les deux provinces, et ce, au-delà de la politique.

« Ce qu'on voit par cette braderie-là, c'est essentiellement un geste d'échange avec la communauté torontoise », a-t-il affirmé lors d'une entrevue à l'émission l'Heure de pointe, vendredi après-midi, à Toronto, pour marquer le début de l'événement.

L'organisatrice, Anne de Shalla, espère que cette première Grande Braderie québécoise à Toronto attire au moins 3000 personnes.

L'événement se poursuit jusqu'au 1er octobre dans la Ville Reine.

Plus d'articles

Commentaires