Retour

Une vague de consolidation pour les entreprises albertaines d’ici 2022

Le paysage des entreprises albertaines changera beaucoup d'ici les prochains cinq ans, selon une étude de la Banque de développement du Canada (BDC).

Selon l’étude, 18 % des entreprises albertaines ont l’intention d’acquérir une autre compagnie d’ici 2022. Une étude de la BDC publiée en septembre avait dévoilé que presque la moitié des entrepreneurs albertains pensent vendre ou quitter leur entreprise.

L'économiste en chef à la BDC, Pierre Cléroux, explique que cette période de transition est surtout en raison d’un vieillissement de la population, et donc un vieillissement des entrepreneurs qui cherchent à vendre leur entreprise.

Il affirme que cette vague de transition est tout de même une bonne nouvelle, et qu’il y a une population de jeunes entrepreneurs qui veulent grandir leur entreprise en faisant des acquisitions.

Les consolidations peuvent aussi aider à créer des entreprises plus fortes. « Au Canada, on a tendance à avoir des entreprises qui sont petites par rapport à d'autres pays développés, explique-t-il. Donc le fait que nos entreprises deviennent plus grandes, c'est une bonne nouvelle pour l'économie. »

Selon l’étude, les consolidations devraient surtout se produire dans le secteur énergétique, alors que 45 % des entrepreneurs dans cette industrie indiquent qu’ils veulent se procurer de nouvelles entreprises dans les prochains cinq ans.

C’est une tendance que la Chambre de commerce de Calgary a aussi observée. Le directeur de communications, Scott Crockatt, ajoute que ce n’est pas surprenant que l'industrie pétrolière soit responsable d'une majorité des transitions d’entreprises.

« Il y a une culture dans le secteur énergétique qui soutient et récompense des individus qui changent leur entreprise, explique-t-il. Les entreprises ont aussi la capacité de capter plus facilement la valeur des compagnies qu’ils achètent. »

La BDC estime qu’environ 300 000 entreprises au Canada changeront de propriétaire dans les prochains 5 ans. Seulement 26 % de ces entreprises seront vendus à un membre de la famille.

Scott Crockatt suggère aux entreprises d’établir un plan, même s’ils n’ont pas l’intention de vendre leur compagnie tout de suite.

Plus d'articles

Commentaires