Retour

Vacances de la construction : 420 M$ en chèques aux travailleurs

Au cours des dernières semaines, la Commission de la construction du Québec (CCQ) a posté environ 152 000 chèques de vacances aux travailleurs de l'industrie, qui se partageront un total dépassant les 420 millions de dollars.

Dans un communiqué, la CCQ rappelle qu'à partir de dimanche, au plus tard, environ 80 % de la main-d’œuvre des chantiers, ainsi que leurs employeurs, seront en vacances.

L'an dernier, on dénombrait 157 000 travailleurs dans l'industrie, ainsi que 25 000 patrons.

Certains chantiers demeureront toutefois actifs. C'est le cas de plusieurs travaux de génie civil et de voirie, ainsi que des travaux d'urgence, ou encore de travaux effectués autour ou à l'intérieur d'écoles.

L'industrie de la construction vit une croissance importante, indique la CCQ dans son communiqué. En 2017, le nombre d'heures travaillées a augmenté de 1,9 % par rapport à l'année précédente, pour atteindre 148 millions d'heures.

L'engouement est encore plus marqué en 2018. Pour les trois premiers mois de l'année, les travailleurs ont accumulé 30 millions d'heures, un bond de 9,5 % comparativement à la même période en 2017.

Selon les informations transmises par la CCQ, une bonne partie des travailleurs de cette industrie réside en banlieue de Montréal, plutôt que dans la métropole.

Ainsi, les chèques versés aux personnes vivant dans les régions limitrophes de Montréal totalisent une somme d'environ 193 millions de dollars, soit près de six fois le montant remis aux travailleurs domiciliés dans la ville-centre (34 millions).

Ce sont les travailleurs de la région de Laval-Laurentides-Lanaudière qui ont reçu le plus d'argent (107 millions, près du quart du montant total), alors que les travailleurs de la Montérégie ont eu droit à 86 millions.

Ailleurs au Québec, la région de la Capitale-Nationale est largement en tête avec des chèques de vacances totalisant 68 millions de dollars. L'Outaouais et la Côte-Nord ferment la marche avec environ 9,5 millions chacun.

Plus d'articles