Retour

Vegreville pourrait perdre 420 résidents si Immigration Canada déménage

Un rapport commandé par la municipalité de Vegreville estime que si le centre de traitement des demandes d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada quitte cette ville albertaine, celle-ci perdra jusqu'à 420 résidents.

Le déménagement du principal employeur de la localité signifierait la perte de 236 emplois, mais aurait aussi des conséquences plus larges sur le tissu social de la communauté située à une centaine de kilomètres à l’est d’Edmonton.

Environ 420 résidents, surtout des adultes âgés entre 30 et 50 ans avec des familles, quitteraient la municipalité, selon ce qu’avance un rapport socio-économique préparé par Nichols Applied Management Inc. et commandé par Vegreville.

« Cela aura des conséquences sur notre croissance à long terme, croit le maire Myron Hayduk. Le départ du centre se fera ressentir non seulement sur la plan économique, mais aussi dans nos relations sociales, dans notre quotidien. »

Le rapport précise qu’une perte de 420 résidents représenterait un déclin démographique de 7 % pour la communauté de 5708 habitants.

Ceci aurait des répercussions à la baisse de 1,2 million de dollars sur les finances municipales, de 25 % à 30 % sur la valeur des maisons et signifierait 130 inscriptions de moins dans les écoles.

Le syndicat à Ottawa

Le conseil municipal souhaite que le ministère de l’Immigration reconsidère sa décision de déménager son centre de traitement à Edmonton.

Partageant cet avis, le syndicat des employés doit se rendre à Ottawa cette semaine pour en discuter avec Ahmed Hussen, nommé récemment à la tête du ministère.

« Nous soulignerons plusieurs aspects auxquels ils n’ont pas pensé », a déclaré Marianne Hladun, vice-présidente régionale pour les Prairies à l’Alliance de la fonction publique du Canada.

Elle explique que la délégation syndicale proposera entre autres à Immigration Canada que le centre de traitement soit converti en un bureau satellite et occupe d’autres fonctions.

« Nous croyons qu’ils n’ont pas à fermer le centre de Vegreville pour étendre leurs activités à Edmonton. »

Le ministère n’a pas fermé complètement la porte. Nous avons encore espoir.

Marianne Hladun, vice-présidente régionale pour les Prairies à l'Alliance de la fonction publique du Canada

Mardi, l’enjeu a été soulevé à la période de questions de la Chambre des communes par la députée fédérale de Lakeland, Shannon Stubbs.

Ahmed Hussen répondu dit qu’il comprenait que le déménagement du centre aura des conséquences sur Vegreville, mais qu’il aura aussi des avantages.

« Le nouveau centre sera conçu pour traiter davantage de demandes et créera en fait plus d’emploi pour la classe moyenne en Alberta », a déclaré le ministre.

Plus d'articles