Retour

Vente en justice de Val-Neigette : un minimum de 600 000 $

L'huissier désigné par la cour dans le dossier du centre de ski Val-Neigette, à Rimouski, a dévoilé les conditions de vente.

Le prix de vente minimal sera de 600 000 $, soit la moitié de l'évaluation municipale des trois immeubles visés par le jugement.

Cependant, le juge pourrait autoriser un montant inférieur, si, par exemple, l'acheteur plaidait que les immeubles ont des signes de détérioration marquée.

Vente globale ou à la pièce

L'huissier Richard Dubé, de la firme Gagnon Sénéchal Coulombe, de Québec, a expliqué que les offres d'achat pourront être faites pour l'ensemble de la station ou uniquement pour certains éléments d'actifs, comme le télésiège.

Puisque le jugement de la cour décrète une saisie des biens, ce sera l'huissier, et non le propriétaire Mathieu Dufour, qui déterminera quelle offre lui paraîtra la plus intéressante, que ce soit une offre pour la totalité ou seulement une partie des actifs. Le pouvoir de l'huissier à cet égard est total.

La vente, en totalité ou en partie de la station, devra permettre le remboursement des quelque 180 000 $ dus à ceux qui ont entrepris le recours judiciaire, soit la Banque de développement du Canada et la Société d'aide au développement des collectivités de la Neigette.

Acheteurs potentiels

Pour respecter son devoir de réserve, l'huissier a refusé de dire s'il avait déjà reçu des offres d'achat ou si des acheteurs potentiels s'étaient manifestés auprès de lui.

Toutefois, selon nos informations, au moins un groupe d'acheteurs, regroupant des investisseurs rimouskois et montréalais, demeure intéressé à acquérir la station pour y maintenir les activités de ski.

L'huissier recevra les offres d'achat jusqu'au 17 mai.

Plus d'articles