Retour

Veolia ferme ses portes à Sept-Îles : 21 personnes licenciées

L'entreprise Veolia de Sept-Îles ferme ses portes, ce qui entraîne le licenciement de 21 employés, des syndiqués et des cadres.

Cette fermeture s'explique par le ralentissement des activités économiques sur la Côte-Nord, selon le responsable des communications de l'entreprise, Pierre Trudel.

Le directeur des relations publiques du syndicat Teamsters Canada, Stéphane Lacroix, se désole de cette décision de Veolia.

C'est un dur coup pour les travailleurs et pour Sept-Îles, parce qu'on parle de gens qui faisaient partie de la classe moyenne, donc ils contribuaient à la santé économique de la région.

Stéphane Lacroix, directeur des relations publiques, syndicat Teamsters Canada

Cette fermeture pourrait éventuellement avantager les entreprises et les travailleurs de l'extérieur de la région par rapport aux Nord-Côtiers, affirme le directeur adjoint et commissaire aux infrastructures stratégiques de Développement économique Sept-Îles, Russel Tremblay.

« Si on perd un joueur, les gens se disent, il faut qu'on ait au minimum quatre soumissionnaires qui viennent pour notre appel d'offres. Il reste juste un seul joueur dans la région. Si sur quatre soumissionnaires, il y en a trois de l'extérieur, on a une chance sur quatre d'obtenir le contrat », explique-t-il.

On a un risque de perte nette de certains contrats, qu'on avait en région, pour l'extérieur.

Russel Tremblay, directeur adjoint et commissaire aux infrastructures stratégiques de Développement économique Sept-Îles

Sani-Manic obtient des contrats

Veolia offre notamment des services de maintenance et de nettoyage d'installations industrielles.

Au cours de la dernière année, l'entreprise Sani-Manic a obtenu trois contrats majeurs de nettoyage industriel que détenait Veolia à Sept-Îles auparavant, soit auprès de l'aluminerie Alouette et des minières IOC et ArcelorMittal.

Sani-Manic a procédé à l'embauche d'une dizaine de personnes pour la réalisation de ces contrats et étudie la possibilité d'embaucher certains des travailleurs licenciés de Veolia.

Un texte de Vincent Larin avec les informations de Katy Larouche et d'Evelyne Côté