Retour

Vers un déficit et une dette nette records en Alberta

Le gouvernement de Rachel Notley projette un déficit budgétaire de 10,4 milliards de dollars pour 2016-2017, le déficit le plus important de l'histoire de l'Alberta. Ce budget marque aussi le retour de la dette nette, laquelle se chiffre aussi à 10 milliards de dollars. Quant au retour à l'équilibre budgétaire, il est reporté à 2024.

Un texte de Geneviève Normand

Le budget provincial déposé jeudi en Alberta démontre à quel point la chute des revenus pétroliers touche les finances publiques. Cette année, les revenus engendrés grâce aux redevances énergétiques seront en chute de près de 90 % par rapport à 2014-2015. Autrement dit, la province mettra la main sur 1,4 milliard de dollars de redevances énergétiques, un montant que le ministre des Finances a décrit comme étant « le plus bas des 40 dernières années ».

Le déficit anticipé dans le présent budget tient compte d'un concept de « rajustement en fonction du risque » (700 M$), c'est-à-dire un montant qui vise à laisser une marge de manoeuvre au gouvernement, puisque les prix de l'énergie sont très volatils. L'an prochain, le déficit anticipé par les néo-démocrates s'apparentera à celui de cette année, avec 10,1 milliards de dollars. En 2018-2019, il devrait s'atténuer et atteindre 8,4 milliards de dollars.

Par ailleurs, pour la première fois depuis plusieurs années, les emprunts totaux de la province sont supérieurs aux actifs financiers. L'Alberta se retrouve donc, pour l'année financière en cours, avec une dette nette de 10 milliards de dollars. Il ne restera plus un sou dans le fonds de prévoyance de l'Alberta à la fin de cette année.

Le budget 2016 anticipe que le ralentissement économique sera plus important et plus long que prévu. Le ministre Joe Ceci ne s'attend pas ainsi à un retour à l'équilibre budgétaire d'ici les huit prochaines années.

Toujours pas de taxe de vente

Questionné sur la possibilité d'une taxe de vente provinciale, Joe Ceci a répondu en affirmant que cela irait à l'encontre de la volonté des Albertains. « Nous allons sortir de là en réduisant les coûts », a-t-il répondu aux journalistes.

Là où le gouvernement compte économiser, c'est dans ses propres opérations. Un gel salarial est imposé au personnel ministériel ainsi qu'aux cadres des agences et départements gouvernementaux. Un total de 26 agences, conseils et commissions seront également fusionnés ou même abolis.

Par contre, les secteurs clés que le gouvernement priorise, soit la santé et l'éducation, sont épargnés par les compressions.

Les investissements dans ces secteurs demeurent sensiblement les mêmes que par le passé. En tout, en 2016-2017, le budget de la santé s'élève à 20,4 milliards de dollars et celui de l'éducation à 7,9 milliards.

Les détails de la taxe sur le carbone dévoilés

Le plan de lutte contre les changements climatiques de l'Alberta, introduit en novembre, a instauré une nouvelle mesure de taxation dans la province : la taxe sur le carbone, qui s'appliquera à tous les carburants qui émettent des gaz à effet de serre lorsqu'ils sont brûlés.

Concrètement, cela signifie que, à compter de 2017, les Abertains paieront plus cher leur consommation d'énergie puisque la taxe sur le carbone s'appliquera notamment au gaz naturel et aux carburants pour le transport. Par exemple, pour un litre d'essence ordinaire à la pompe, la taxe sur le carbone équivaudra à 4,49 cents. Cela s'ajoute à la taxe déjà existante sur les carburants qui, en Alberta, est de 13 cents le litre.

À l'échelle provinciale, cette taxe sur le carbone, payée également par les gros émetteurs, permettra d'amasser 9,6 milliards de dollars en cinq ans. Le gouvernement promet que les fonds ainsi récoltés seront réinvestis dans l'économie provinciale. Environ les deux tiers des revenus générés financeront des initiatives environnementales telles que des infrastructures vertes pour le transport en commun, des projets d'énergie renouvelable à grande échelle, de même que la mise en place d'une nouvelle agence appelée Efficacité énergétique Alberta.

Il est à noter cependant que certaines exceptions s'appliquent. Les agriculteurs, par exemple, ne devront pas se soumettre à cette taxe sur le carbone. Les compagnies aériennes et les peuples autochtones non plus.

Par ailleurs, comme cette nouvelle taxe touchera au portefeuille des contribuables, le gouvernement met en place un système de ristournes pour les Albertains ayant un revenu faible ou moyen. À titre d'exemple, en 2017, un adulte vivant seul pourra recevoir jusqu'à 200 $ en ristournes, et ce montant grimpera à 300 $ pour les couples. Des montants de 30 $ s'appliqueront par enfant. Il est estimé que 60 % des ménages bénéficieront de ces ristournes.

Les municipalités, qui réclamaient une exemption, devront elles aussi se soumettre à cette taxe sur le carbone.

Le plan pour la création d'emplois

Rachel Notley et ses ministres l'ont maintes fois affirmé : l'Alberta doit réduire sa dépendance aux revenus pétroliers et diversifier son économie pour protéger les services publics.

Pour ce faire, le présent budget prévoit de réduire les impôts des petites entreprises pour favoriser le démarrage d'entreprises et, par conséquent, créer des emplois.
Une enveloppe budgétaire de 250 millions de dollars, échelonnée sur deux ans, est prévue pour encourager les investissements dans la province, attirer les entrepreneurs et soutenir le développement économique régional. De nouveaux crédits d'impôt évalués à 165 millions de dollars seront disponibles pour les petites et moyennes entreprises.

Le ministre des Finances Joe Ceci estime que son plan permettra de créer en Alberta quelque 100 000 emplois dans le secteur privé.

34 G$ pour les infrastructures

Le fameux plan pour les infrastructures est maintenant plus concret. Le gouvernement veut mettre à jour ou développer son réseau d'infrastructures aux quatre coins de la province.

La grosse part du gâteau est attribuée aux municipalités. En tout, elles recevront 9 milliards de dollars pour réaliser différents projets.

Une enveloppe de 3,5 milliards de dollars est attribuée aux infrastructures et aux équipements dans le domaine de la santé. Cela inclut notamment un montant de 1,2 million de dollars pour le nouveau centre de cancérologie de Calgary.

Une autre enveloppe, elle aussi de 3,5 milliards, est prévue pour la construction de nouvelles écoles ou la modernisation d'écoles déjà existantes.

Les projections sur le prix du pétrole

Compte tenu de la faiblesse des prix de l'énergie, le gouvernement de l'Alberta abaisse à nouveau ses projections pour le prix des ressources non renouvelables.
Pour l'année 2016-2017, les néo-démocrates basent leurs calculs sur un prix du baril de pétrole nord-américain à 42 $US. Pour les deux années suivantes, les projections sont respectivement de 54 $ US et de 64 $ US.

En comparaison, aux États-Unis, l'Agence d'information sur l'énergie (EIA) prédit que le brut américain (WTI) vaudra 34,60 $ US en 2016.

Plus d'articles

Commentaires