Retour

Village Grande Nature : des projets plein la tête pour le nouveau propriétaire

Après la vente avortée de janvier dernier, le site Village Grande Nature change véritablement de mains. L'homme d'affaires de Cap-Chat Réjean Blouin en est officiellement le propriétaire depuis une semaine.

Un texte de Joane Bérubé

M. Blouin est le quatrième propriétaire du site en un peu plus de cinq ans.Situées dans l’arrière-pays de Cap-Chat, sur le site de l’ancien village de Saint-Octave-de-l’Avenir, au pied des Chic-Chocs, les installations comprennent des chalets, une auberge et un restaurant. Malgré son paysage féerique et les nombreux motoneigistes qui le fréquentent, l’exploitation du site est demeurée jusqu’à présent déficitaire.

Aussi propriétaire d’Aventure Gaspésie, Réjean Blouin croit avoir trouver la bonne recette pour rentabiliser les installations et en faire une véritable attraction pour amateurs de plein air et de montagne.

Si cette fois-ci ce n’est pas la bonne, il n’y en aura pas d’autres. Si cela doit réussir, ça va être avec nous. J’ai une équipe formidable avec moi et on va tout faire.

Réjean Blouin, nouveau propriétaire du Village Grandeur Nature

Le nouveau propriétaire entend miser sur la constance et l’excellence des services ainsi que sur la diversité des activités disponibles. Réjean Blouin rêve d’en faire un site où cohabiteraient les randonneurs, les fondeurs, les motoneigistes, les quadistes et les amateurs d’équitation. « Il y a de la place pour tout le monde », soutient M. Blouin.

Plus d'événements

Une des clés de la relance passe, selon l’homme d’affaires, par l’organisation d’événements. Organisation de cabane à sucre au printemps, sessions de yoga, théâtre d’été, champ de tir, ce ne sont pas les idées qui manquent.

Réjean Blouin, qui est aussi président du Club Quad Haute-Gaspésie et vice-président de la Fédération québécoise des clubs quads, veut notamment faire de Saint-Octave-de-L’Avenir la station estivale pour les quadistes du Québec qui visitent la Gaspésie. « Ce serait la station de base pour des gens qui vont aller passer une nuit à Carleton, une nuit à Gaspé », énumère le promoteur.

Il entend aussi travailler afin d’obtenir un accès pour les motoneigistes au mont Logan, situé dans la réserve faunique de Cap-Chat. « Tout le monde, explique M. Blouin, veut aller au mont Logan, je comprends qu’on ne peut pas laisser les gens aller partout, mais encadrés dans une structure solide comme la mienne, parce que j’ai déjà une compagnie Aventure Gaspésie qui fait des tours guidés, on aurait le contrôle et cela éviterait les infractions qui se font maintenant parce que les gens y vont pareil. »

Promotion et réparations

Le nouveau promoteur convient que le Village Grande Nature a été un peu délaissé par les amateurs de plein air au cours des dernières années en raison de services, comme la restauration, qui n’étaient pas toujours au rendez-vous ou constants. « Mais avec de la promotion, cela va revenir », croit Réjean Blouin.

Le site a aussi besoin de quelques rénovations. « Il est en très bon état. L’ancien propriétaire, Gérard Pelletier, a mis beaucoup d’effort sur les infrastructures, mais il reste à faire. Il faut rafraîchir l’intérieur, il faudrait développer un spa nordique, l’ancienne église a besoin d’un peu d’amour si on veut la préserver. »

Réjean Blouin estime qu’il devra investir entre 700 000 $ et 800 000 $ pour remettre le village sur les rails.

L’homme d’affaires indique qu’il est en discussions avec des organismes de financement et de soutien, dont le Centre local de développement (CLD). « Si le gouvernement dit non, on va aller plus lentement, mais cela va se faire », assure-t-il.

Plus d'articles

Commentaires