Retour

Villages quatre saisons du Club Med : portrait de trois sites

Les villages de ski du Club Med se multiplient depuis quelques années. Alors que le géant du tourisme prévoit ouvrir de nouveaux complexes quatre saisons, dont celui du Massif de Charlevoix en 2020, d'autres fermeront leurs portes sous peu, faute de rentabilité. Portrait de trois régions qui ont vu leur économie transformée par l'arrivée du Club Med.

Un texte de Charles D’Amboise

Valmorel, département de la Savoie, France

Ouvert en 2011, le Club Med de Valmorel a changé la vie des 800 habitants d’Avanchers-Valmorel. Le nouveau complexe de quatre étages, qui affiche désormais un taux d’occupation de 80 % en hiver, est surtout venu corriger le problème de ce qu'on appelle les « lits froids », explique Jean-Michel Vorger, maire de la commune Avanchers-Valmorel.

« C’est un phénomène qu’on observe beaucoup dans les stations de ski en France. C’est lorsque les gens louent leur résidence jusqu’à ce qu’elle soit payée et une fois payée, ils arrêtent de la louer et la maison est vide […] Ça crée des villages déserts », souligne-t-il, en précisant que l’arrivée du Club Med a « amené beaucoup de vie » au pied des pentes.

En plus de dynamiser le village, qui peut désormais accueillir près de 10 000 personnes en haute saison, le maire se réjouit de l’arrivée d’une nouvelle clientèle dans sa ville. « Des touristes d’Amérique du Sud ou de Chine, nous n’avions jamais connu cela, affirme le maire. C’est une clientèle avec un très bon pouvoir d’achat. »

Chamonix-Mont-Blanc, département de la Haute-Savoie, France

Installé dans un des plus vieux palais historiques de la région, le Club Med de Chamonix-Mont-Blanc fermera ses portes l’an prochain.

Il y a quelques années, la direction du Club Med a contacté le maire de la ville afin d’agrandir le complexe de 300 chambres. Puis, en 2015, lorsque le Club Med a été vendu à la firme chinoise d'investissement Fosun, les plans ont changé : le Club Med a exigé un nouveau terrain de 35 000 à 40 000 mètres carrés à l’extérieur de la ville, en pleine forêt. La Ville a dû refuser, explique le maire de Chamonix-Mont-Blanc, Éric Fournier.

« Cette affaire nous a causé problème, parce qu’elle ne correspond pas à la conception que nous avons du développement durable de notre territoire », souligne-t-il.

Résultat : la direction du Club Med a annoncé qu’elle quitterait Chamonix à la fin de son bail, en 2018. « Déjà cinq ou six acheteurs semblent intéressés de racheter le palais historique, mais certains emplois seront perdus, entre autres des moniteurs de glisse », se désole-t-il.

Beidahu, province de Jilin, Chine

Le Club Med a ouvert son deuxième village de ski en Chine l’an dernier, à Beidahu, un domaine skiable de 13 pistes, comparativement à 52 pistes et sous-bois au Massif de Petite-Rivière-Saint-François.

En Chine, les sports de glisse connaissent une popularité grandissante. Plusieurs analyses expliquent ce nouvel intérêt par la venue des Jeux olympiques d’hiver de Pékin, en 2022. « C’est comme si les Chinois souhaitaient être bons en sports de glisse, et rapidement », confiait au journal Telegraph Warren Smith, propriétaire d’une école de ski en Suisse.

Avec d’autres ouvertures de villages de ski prévus en Chine au cours des prochaines années, les touristes chinois continueront d’être la cible du Club Med et pourraient être nombreux à visiter la région de Charlevoix.

Plus d'articles

Commentaires