Retour

Volkswagen change de PDG pour tourner la page du Dieselgate

Volkswagen a annoncé jeudi la nomination d'un nouveau président-directeur général, Herbert Diess. Ce changement s'inscrit dans une vaste restructuration de la direction du constructeur automobile allemand à la suite du « Dieselgate », un scandale qui lui a coûté des milliards de dollars.

Le constructeur avait équipé certains de ses véhicules munis d'un moteur diesel d’un dispositif permettant de fausser les résultats des tests d’émissions polluantes, avait-on appris dans le scandale mis au jour en 2015.

« Volkswagen poursuit ainsi le changement de l'entreprise », peut-on lire dans un communiqué publié jeudi, à la suite d’une réunion de son conseil de surveillance.

Herbert Diess, ancien directeur de la marque Volkswagen, succède ainsi à Matthias Müller.

Ce dernier avait pris les rênes de l’entreprise en septembre 2015, quelques jours après qu’elle eut admis ses torts.

Matthias Müller, qui devait poursuivre son mandat jusqu'en 2020, a tenté par de nombreux moyens de sortir Volkswagen de la tourmente.

Dans son communiqué, le groupe souligne que le départ de M. Müller se fait selon un accord mutuel.

Herbert Diess, un Autrichien de 59 ans, s’est joint à Volkswagen quelques mois avant que le scandale du « Dieselgate » soit exposé au grand jour. Il est notamment responsable du grand virage emprunté par Volkswagen vers la production à grande échelle de voitures électriques, perçue comme essentielle dans sa capacité de concurrencer des compagnies rivales comme Tesla, Uber ou encore Google.

Jeudi, M. Diess a indiqué que Volkswagen, plongé « dans une période de profond bouleversement », devra « accélérer » dans l'électromobilité, la numérisation de l'automobile « et les nouveaux services de mobilité ».

Par ailleurs, Volkswagen a aussi annoncé jeudi que le PDG de sa filiale Porsche, Oliver Blume, va rejoindre son directoire.

La compagnie doit dévoiler les détails de ces annonces vendredi, en conférence de presse.