Retour

Vols et pénurie d'abeilles : la pollinisation des champs est de plus en plus difficile au Québec

Des producteurs de bleuets et de canneberges ont du mal à trouver des abeilles pour polliniser leurs champs. Des colonies d'abeilles sont décimées partout dans le monde. Leur rareté a provoqué un autre phénomène : le vol de ruches.

Le plus récent vol s'est produit à Saint-Valère, au Centre-du-Québec. Les Entreprises Francis Labonté ont perdu 184 ruches, abritant environ 5 millions d'abeilles. La perte s'élève à près de 200 000 $, selon Miel Labonté.

Ce vol serait le plus gros vol d'abeilles de l'histoire, mais ce n'est pas un cas unique. La Fédération des apiculteurs du Québec affirme que, ces dernières années, des vols surviennent régulièrement. Une quinzaine de ruches ont été dérobées l'an dernier en Montérégie et 14 ruches, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, en 2014.

Ce fléau s'ajoute au problème de déclin mondial du nombre d'abeilles, un phénomène provoqué par différents facteurs et pour lequel diverses théories sont émises.

Apiculteurs recherche abeilles

Les apiculteurs de la province ont énormément de difficulté à trouver des abeilles pour produire du miel et pour polliniser des champs. Denis Pellerin, un apiculteur de Tingwick, dit qu'en ce moment il est presque impossible d'en acheter.

« Au Québec, il n'y a pratiquement pas de ruches à vendre », affirme-t-il. M. Pellerin spécifie qu'il est interdit d'aller chercher des abeilles aux États-Unis et qu'il est trop tard pour en acheter dans d'autres pays, comme l'Australie, car la production est presque terminée.

L'apiculteur du Centre-du-Québec affirme qu'obtenir un permis pour importer des abeilles de l'Ontario est trop long et compliqué. « Pour cette année, c'est assez difficile d'en trouver, à moins que le gouvernement de l'Ontario se déniaise et qu'il remplisse la paperasse pour qu'on puisse aller en chercher là-bas », dit-il.

Plus d'articles

Commentaires