Retour

Volte-face de Walmart : trop peu, trop tard pour certains employés

Walmart veut réembaucher les personnes handicapées qu'elle avait congédiées il y a une semaine jour pour jour. Pour certains de ces anciens employés, le recul de la multinationale arrive trop tard.

Catherine Plamondon n’a aucune intention de reprendre son poste à la succursale de Walmart à Shawinigan.

Elle était des 19 personnes de la Mauricie qui avaient appris, jeudi dernier, la fin de son emploi au sein du commerce de détail après 14 ans de loyaux services.

« Ils veulent réparer leurs erreurs, mais il est tard », convient la mère de Catherine, Danielle St-Amand.

La femme de 39 ans est depuis passée de la tristesse à l’espoir. Elle a reçu trois nouvelles offres d’emploi depuis son congédiement de chez Walmart.

Une décision controversée

Une semaine s’est écoulée entre l’annonce de la cessation d’emploi chez Walmart, au Québec, des personnes atteintes d’une déficience intellectuelle ou d’un trouble du spectre de l’autisme et le recul de l’entreprise.

La décision de Walmart a soulevé la controverse au cours des derniers jours.

L’entreprise a depuis repris les pourparlers avec les directions régionales de la santé dans quelques régions, notamment en Mauricie, pour réembaucher les employés congédiés.

La multinationale a cependant précisé que le programme d’inclusion qui permettait l’embauche de ces personnes restera aboli.

Plus d'articles