Retour

Votre épicerie pourrait vous coûter 420 $ de plus en 2017

Les familles canadiennes auront peut-être à payer jusqu'à 420 $ supplémentaires pour leur panier d'épicerie l'année prochaine, et le président désigné Donald Trump serait en partie à blâmer pour cette hausse, selon les auteurs de l'étude.

L’auteur principal du rapport annuel sur les prix des aliments, Sylvain Charlebois, de l'Université Dalhousie à Halifax, cite les perturbations météorologiques, les coûts énergétiques et la faiblesse du dollar canadien comme facteurs expliquant l'augmentation prévue.

Les économistes prévoient une diminution de la valeur du dollar canadien à 70 ¢ US en 2017. Un dollar plus faible réduit le pouvoir d’achat des importateurs.

Le prix de tout ce que nous importons va augmenter.

Sylvain Charlebois, chercheur à l'Université Dalhousie et auteur principal du rapport

La faute de Trump

Un autre facteur pourrait contribuer à l’augmentation du prix des aliments : l’élection du nouveau président des États-Unis, Donald Trump.

« Les consommateurs canadiens devront payer plus à l’épicerie [à cause de lui] », croit Sylvain Charlebois, qui est également professeur en distribution et en politique alimentaires à l'Université Dalhousie.

L’étude souligne aussi que si le nouveau gouvernement américain réussit à expulser des travailleurs illégaux, l’industrie agricole américaine connaîtra une pénurie de travailleurs.

« Vous allez voir de nombreux fermiers désespérés », dit Sylvain Charlebois.

« Cela pourrait avoir un impact sur le rendement de l’agriculture partout en Amérique du Nord, poursuit-il. Parce que nous importons beaucoup de produits des États-Unis, le coût de ces aliments pourrait augmenter. »

Une augmentation trop importante

La hausse du prix des aliments devrait idéalement osciller entre 1 % et 2 % par année, suivant la courbe de l'inflation. À ce rythme, l’augmentation est gérable pour les restaurants, les épiceries et les consommateurs.

L’étude prévoit que certains aliments connaîtront des hausses de 3 % à 5 % en 2017. La viande, les fruits de mer et les légumes pourraient même augmenter jusqu’à 6 %.

L’Ontario et la Colombie-Britannique devraient connaître les hausses les plus marquées.

Plus d'articles

Commentaires