Retour

Vous voulez démarrer une entreprise? Pourquoi pas à Winnipeg...

Ils sont jeunes, créatifs, ils démarrent des entreprises qui grossissent à vue d'oeil et ils ont choisi de le faire... à Winnipeg. Eh oui, la capitale du Manitoba – réputée pour ses hivers froids, mais pas pour sa vie nocturne – est en train de devenir un terreau fertile pour tout un petit réseau de startups et de PME. Tout ça alors que l'économie de la province se porte bien. Comment expliquer ce succès?

Mardi après-midi, au beau milieu d’un parc industriel de Winnipeg. Quatre employés ont délaissé leurs écrans d’ordinateur pour une petite partie de baby-foot. Juste derrière eux, deux développeurs mangent nerveusement du pop-corn en tentant de récupérer les milliers de lignes de code informatique qui semblent s’être égarées sur leur disque dur.

Bienvenue chez Bold Commerce, où des dizaines d'employés ont réalisé que, pour faire de la programmation, on obtenait toujours de meilleurs résultats en se promenant... en gougounes.

L’entreprise en démarrage, qui se spécialise dans le développement d’applications pour le commerce en ligne, a été lancée il y a quatre ans... avec quatre personnes. Maintenant, ils sont 120.

On embauche entre 7 et 10 personnes par mois à l’heure actuelle. C’est fou. J’ai de la difficulté à croire que tout ça a débuté dans mon sous-sol.

Eric Boisjoli, cofondateur, Bold Commerce

Les propriétaires de Bold Commerce auraient pu décider de déménager à San Francisco, Seattle ou Toronto, mais ils ont choisi de rester à Winnipeg.

« Nos contacts à San Francisco paient, pour le même espace de bureau, dix fois plus en loyer. Tout l'argent qu'on économise, on l'investit dans le développement. La main-d'oeuvre aussi nous coûte moins cher », indique le cofondateur Yvan Boisjoli.

Winnipeg serait en fait l’endroit, parmi les grandes villes du centre et de l’ouest du pays, où les loyers sont les moins coûteux, selon les dernières données de la Société canadienne d’hypothèque et de logement.

Dans le dernier classement d’Hydro Québec, Winnipeg était aussi la ville nord-américaine où les coûts d’électricité pour les entreprises étaient les moins élevés.

Plusieurs exemples à succès

Après avoir habité Londres, Toronto et New York, Joshua Simair, un Saskatchewanais d’origine, a lui aussi choisi d’installer une bonne partie des bureaux de son entreprise en démarrage, SkipTheDishes, dans la capitale manitobaine.

Quatre ans et plus de 200 employés plus tard, il croit encore que c’était le bon choix. « Il y a beaucoup d'esprit communautaire ici. Et puis, c'est facile de trouver des gens qualifiés qui veulent travailler », affirme Joshua Simair.

« Le bouche-à-oreille, c’est vraiment une stratégie de marketing ici et il y a beaucoup d’entraide », ajoute Joelle Foster, la directrice de Futurepreneurs, un organisme qui finance les jeunes de moins de 40 ans qui veulent créer des entreprises.

Il y a cinq ans, elle aidait 21 entreprises à démarrer. Cette année, il y en aura 86. « 91% des PME que j’ai soutenu sont encore en activité », ajoute-t-elle.

Le Manitoba, la deuxième croissance au Canada en 2017?

L’autre chiffre qui peut surprendre, c’est celui sur les perspectives économiques du Manitoba en 2017. Selon la Banque Royale du Canada, la province devrait avoir en 2017 la deuxième croissance la plus importante au pays.

Après des années à traîner derrière l’Alberta, le Manitoba prend sa revanche, en quelque sorte, et montre les avantages d’avoir une économie très diversifiée.

« Notre économie, on appelle ça "petit train va loin". Le petit train avance tout le temps. Il ne va peut-être pas monter la grande côte puis descendre, mais le petit train va toujours continuer à avancer », estime Mariette Mulaire, la PDG du World Trade Center de Winnipeg.

Selon elle, le Manitoba n’a pas le luxe d’avoir toutes les ressources pétrolières de l’Alberta ou de la Saskatchewan. La province est bonne, toutefois, pour mettre en valeur ou transformer ce qu’elle a.

« Il fait très froid ici, donc on a des compagnies qui testent la résistance de nouveaux véhicules dans des températures glaciales. On est au centre du pays, donc on essaie de développer un meilleur réseau de transport. »

Un autre bon exemple : le Composites Innovation Centre qui fabrique des pièces d’auto et d’avion, à partir du lin qui pousse dans les Prairies canadiennes.

Suffisamment de main-d’oeuvre qualifiée?

Mais le tableau n’est pas tout rose. Oui, le Manitoba jouit d’une économie forte avec un taux de chômage parmi les plus bas au pays, mais la province fait aussi face à un défi important : l’endettement a augmenté en flèche ces dernières années.

L'autre défi pour les PME est celui d’attirer de la main-d’oeuvre qualifiée pour les nouveaux types d’emplois qui se créent à Winnipeg.

Même si les propriétaires de Bold Commerce n’ont pas eu de mal à trouver 120 employés compétents jusqu’à présent, ils cherchent à embaucher des gens qui ont des années d'expérience dans les startups et dans les entreprises qui grossissent à vue d'oeil, question de mieux prévoir les problèmes.

« Des fois, on se demande à la blague si on a déjà recruté les 120 personnes à Winnipeg dans notre domaine. Mais ça, c’est notre défi pour rester au Manitoba », conclut Yvan Boisjoli.

Plus d'articles

Commentaires