Retour

Walmart n'accepte plus les cartes de crédit Visa dans ses 16 magasins au Manitoba

La dispute entre les magasins de détail Walmart et le géant du crédit Visa au sujet des frais de transactions se poursuit. À partir de lundi, les 16 magasins Walmart du Manitoba n'acceptent plus les cartes Visa.

À la mi-juin, Walmart avait cessé l'utilisation des cartes Visa dans ses trois magasins de Thunder Bay, en Ontario, prétextant que la compagnie de crédit imposait des frais trop élevés pour les marchands.

Alex Robertson, un porte-parole de Walmart, explique que la compagnie paye plus de 100 millions de dollars annuellement en frais de cartes de crédit et que la compagnie souhaite réduire les frais de transaction pour les cartes Visa.

Il explique que l'impact de cette mesure sur les consommateurs de Thunder Bay a été minime. Il dit que les magasins ont vu une augmentation dans le nombre de transactions en argent ou avec débit.

Walmart a annoncé en juin son intention d'étendre cette politique aux 400 magasins du pays, mais n'a pas précisé quels seraient les prochains magasins concernés.

Carla Hindman, porte-parole de la compagnie Visa, dit quant à elle que les actions de Walmart sont « décevantes ».

Visa dit offrir à Walmart l'un des taux les plus bas de tous les détaillants au pays, mais Walmart veut des frais par transaction qui seraient plus avantageux que ceux offerts aux autres détaillants, pharmacies, organismes de charités et écoles.

Malgré les disputes, les deux compagnies disent vouloir en venir à un accord.

Changements sous évaluation

À l'heure actuelle, les sociétés Visa et MasterCard imposent des frais en moyenne de 1,5 %  par transaction.

Le Conseil canadien du commerce de détail souhaite qu'Ottawa suive l'exemple de l'Australie et à l'Union européenne, qui ont toutes deux plafonné les frais à 0,5 % ou moins.

« Nous voulons qu'ils prennent des mesures drastiques afin de diminuer les taux et s'assurer que les détaillants canadiens paient des frais similaires à leurs homologues internationaux », affirme Lanny McInnes, directeur du Conseil canadien du commerce de détail pour les Prairies.

Il ajoute « vouloir voir le gouvernement en faire une priorité, parce qu'ultimement ce sont les consommateurs qui payent la facture. »

Ottawa a fait part de son intention de réaliser « une autre évaluation des frais », sans toutefois donner plus de précisions.

Un engagement du gouvernement fédéral qualifié d'« encourageant » par Lanny McInnes.

Les commerçants canadiens, comme Louis Lévesque-Côté du Café Postal de Saint-Boniface, voudraient ultimement voir les frais par transaction diminuer.

Il admet que son commerce pourrait survivre sans ce mode de paiement, mais qu'il préfère offrir l'option à ses clients.

« J'aime mieux les voir revenir au café que les faire fâcher en enlevant cette option-là », explique l'homme d'affaires qui a les mains liées par les habitudes de consommations des gens.

Environ 25 % des transactions qui sont faites dans son commerce sont faites à l'aide de carte de crédit.