Retour

Warolin déçu de l'attitude de la Commonwealth Plywood

Le préfet de la MRC du Témiscamingue, Arnaud Warolin, réagit à la vente aux enchères des équipements de la Commonwealth Plywood à Tee Lake.

D'après les informations de Tanya NeveuLe préfet affirme que l'entreprise n'a jamais sollicité l'aide de la MRC pour la relance de ses opérations.L'usine de Tee Lake est fermée depuis une dizaine d'années.

Elle a déjà créé 300 emplois par le passé.Arnaud Warolin, estime maintenant qu'il n'y a plus d'espoir pour la relance de l'usine de Tee Lake.« [Cette attitude] avait déjà commencé quand ils avaient décidé de fermer cette usine de façon un peu déprimante. Mais là de voir qu'on a fait tout ce qui est possible, moi je dis que c'est faux », dit Arnaud Warolin.

Arnaud Warolin croit que l’entreprise pouvait en faire davantage.

« Il y a un potentiel forestier dans cette région-là, c'est une belle usine, il y a des gens qui sont prêts à travailler. Il y a des gens qui avaient des projets, des promoteurs qui étaient prêts, mais jamais on n’a senti de l'ouverture de la part de la Commonwealth de travailler sur le dossier », soutient-il.

Pas de solution rentableLe président de la Commonwealth Plywood, Bill Caine Junior, confirme que les équipements forestiers dans le sud du Témiscamingue, totalisant un minimum de 3 millions de dollars, ont été mis en vente.Il estime que malgré plusieurs tentatives, aucune solution de relance rentable n'a été identifiée pour l'usine.« Ça prendrait une espèce d'entente tripartite entre le ministère, la compagnie et un autre investisseur. À la fin, on n’était pas capable de trouver de pistes de solution rentable pour l'usine », soutient-il.

Plus d'articles

Commentaires