Retour

Whole Foods accusée de surfacturation à New York

La chaîne texane de supermarchés Whole Foods surfacture ses clients dans la ville de New York en exagérant le poids des aliments préemballés, affirme le service municipal de protection des consommateurs.

Un texte de Philippe Moulier

Selon la commissaire du Department of Consumer Affairs (DCA), Julie Menin, cette politique est appliquée régulièrement à différents produits, dont la viande, le laitage, le pain et la pâtisserie.

Le DCA a vérifié 80 types d'aliments préemballés à Whole Foods et a découvert qu'ils étaient « tous » mal étiquetés. « En outre, 89 % des emballages testés ne répondaient pas au standard fédéral qui leur fixe [un poids] maximum ne pouvant dévier du poids actuel. »

Les surfacturations allaient de 0,80 ¢ pour un paquet de noix de pécan à 14,84 $ pour un paquet de crevettes à la noix de coco, explique le DCA. Dans certains cas, les paquets avaient tous le même poids, alors que ceci est « pratiquement impossible » lorsque sont pesés des légumes ou des fruits de mer.

À New York, pour une première infraction, une étiquette erronée peut mener à une sanction de 950 $ pour chaque paquet. L'amende grimpe à 1700 $ en cas de récidive. Le nombre de paquets concernés par cette enquête se calcule dans les « milliers », dit le service de protection des consommateurs. En 2014, Whole Foods a réglé des pénalités d'environ 800 000 $ à la suite d'une enquête concernant des irrégularités présumées de surfacturation en Californie.

Pas de pratiques trompeuses

La chaîne de supermarché affirme dans un communiqué qu'elle n'a « jamais intentionnellement utilisé de pratiques trompeuses pour mal facturer ses clients [...] Nous nous défendrons vigoureusement », a-t-elle ajouté en faisant référence à l'enquête de la Ville de New York.

La chaîne de supermarché a été créée à Austin en 1980. Elle a depuis ouvert plus de 410 magasins aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Canada. Il en existe 10 en Colombie-Britannique et en Ontario.

Plus d'articles

Commentaires