Retour

4 défis dangereux vus sur les réseaux sociaux

Garçon qui met un tide pod dans sa bouche

Pendant qu’on n’en revient pas encore d’apprendre que des Américains croquent des dosettes de détergent pour le simple plaisir de relever le défi, ce n’est pas d’hier qu’adopter des tendances dangereuses existe. En voici quelques exemples.

De la cannelle partout

Ce défi populaire sur les réseaux sociaux au début des années 2000 (culminant en 2012) consistait à avaler une cuillère pleine de cannelle. Or, la poudre fine étant fort volatile, c’était impossible de le faire sans s’étouffer. Une pratique non sans risque, clamaient les autorités, car les participants pouvaient effectivement s’étouffer sérieusement, s’intoxiquer ou, dans les cas extrêmes, se ramasser à l’hôpital avec un collapsus pulmonaire.

De sel et de glace

Verser du sel sur la peau et y presser un glaçon le plus longtemps possible malgré la sensation de brûlure : tel était le Salt and Ice Challenge, qui faisait fureur sur le web en 2005. Les brûlures au second degré ont malheureusement été nombreuses.

Une vodka bien tamponnée

Pourquoi se saouler à la vodka à en vomir quand on peut s’en saouler avec beaucoup moins, par un orifice bien plus performant ? C’est le pari saugrenu qu’ont fait des centaines de jeunes avides de sensations fortes en 2011 : ils trempaient un tampon dans la vodka, se l’inséraient dans l’anus et tombaient ivres rapidement. La paroi anale étant particulièrement mince, le système sanguin répondait plutôt bien… parfois trop : les comas éthyliques étaient fréquents.


Quels sont les effets de l'alcool sur le corps?


Bourrée comme une peluche

Pour couper la faim afin de perdre du poids, une tendance inquiétante a vu le jour chez certaines adolescentes en 2013 : il suffisait d’ingérer des boules d’ouate imbibées de jus de fruits pour se « nourrir » et voir son estomac comblé, trompant les signaux de satiété. Selon les experts de la santé, celles qui s’y adonnaient s’exposaient à un risque de malnutrition, d’étouffement, voire de mort si le coton en venait à causer une obstruction du tractus intestinal.

Plus d'articles