Depuis la nuit des temps, l’humanité prédit régulièrement sa propre fin à coups de terribles histoires d’apocalypses. Heureusement pour nous, aucune des fins du monde imaginées au fil des siècles ne s’est encore produite. Pour l’instant. Mais restons vigilants : la prochaine est prévue pour 2060!

En attendant, petit retour sur 15 apocalypses annoncées au fil des millénaires. 

Le fléau du feu, dans l'Apocalypse de Jean, enluminure

Crédit photo: dinosoria.com

L’apocalypse de Jean

Le dernier livre du Nouveau Testament, l’Apocalypse de Jean, a été composé vers la fin du 1er siècle. On croit que l'auteur du livre serait l’apôtre Jean, mais la notion est contestée. L’apocalypse selon Jean, c’est le récit en 22 chapitres d'un dieu en colère et du grand cataclysme et du chaos qui précèderont le retour de Jésus-Christ sur Terre. L’auteur y décrit un grand tremblement de terre, un soleil qui s’assombrit, une pleine lune rouge comme le sang et des étoiles qui tombent sur terre.

L’Apocalypse de Saint-Jean est une histoire qui se termine bien, c’est l’allégorie du bien qui l’emporte sur le mal : un ange descend du ciel, saisit le dragon, le vieux serpent, qui est le Diable et Satan, et l’enchaîne pour mille ans. Dieu revient alors sauver l’humanité via son fils Jésus, sous une terre et un ciel nouveaux. Amen. * Sur la photo, une enluminure du 12e siècle représentant Le fléau de l'eau, dans l'Apocalypse selon Jean. 

Pape Sylvestre II

Crédit photo: DeAgostini/Getty Images

L’apocalypse du premier millénaire

Quand on a un beau chiffre tout rond, faut-il nécessairement y voir l’oeuvre de Satan ou l'éminence d'une apocalypse ? L’arrivée de l’an mil a secoué toute la chrétienté, jusqu’au pape lui-même, Sylvestre II, fameux pour ses croisades, et qui avait prédit que la fin du monde surviendrait le 1er janvier de l’an mil.

Sa funeste prédiction a fait naître bien des émeutes partout en Europe et a fait fuir de nombreux pèlerins vers Jérusalem. * Sur la photo, une gravure colorée du 19e siècle représentant le pape Sylvestre II, né Gerbert di Aurillac à Rome, vers 950, et devenu pape à partir de 999. 

billet de 5000 lires italiennes

Crédit photo: DeAgostini/Getty Images

1656 - L’apocalypse de Christophe Colomb

Christophe Colomb, le célèbre explorateur italien, celui-là même qui avait cru être arrivé en Inde alors qu’il foulait l’Amérique, y est aussi allé de quelques prédictions concernant l’avenir de l’humanité. Il a entre autres écrit en 1501 dans son Livre des prophéties que le monde finirait en 1656. Un peu plus tard, Colomb a rajusté ses dates. Selon lui, le monde, créé en 5343 av. J.-C., allait durer 7000 ans. Ce qui signifiait, selon ses calculs, que la fin du monde allait survenir en 1658. On est bien content qu’il se soit encore trompé. * Sur la photo, un billet de 5000 lires italiennes datant des années 1970 et représentant Christophe Colomb, né en 1451 et mort en 1506.  

Comète de Halley en 1910

Crédit photo: Professeur Edward Emerson

1910 - L’apocalypse de la comète de Halley

En 1910, la comète de Halley a frôlé la Terre, comme elle le fait périodiquement, à la différence cette fois que notre planète allait se retrouver dans la queue même de la comète pendant une dizaine de jours. Les analyses ont alors montré que l’une des substances découvertes dans la queue de la comète était du cyanogène, un gaz toxique. L’astronome français Camille Flammarion, frère du fondateur des éditions du même nom), en déduisit que les gaz toxiques imprégneraient l’atmosphère et étoufferaient toute vie sur la planète.

La panique n’a pas tardé, les gens ont fait main basse sur les masques à gaz ainsi que sur les pilules et parapluies anticomètes qui ont envahi le marché. En fait, comme l’ont démontré d’autres astronomes, le gaz toxique était tellement diffus que personne n’en a souffert. La prochaine venue de la comète de Halley est prévue pour le 28 juillet 2061. * Sur la photo, la comète de Halley, le 29 mai 1910, prise de l’observatoire de Yerkes, à Williams Bay, dans le Wisconsin, et publiée dans le New York Times, le 3 juillet 1910. 

Sharon Tate en 1969

Crédit photo: STF/AFP/Getty Images

1969 - L’apocalypse de Charles Manson

Parce qu’il croyait qu’une guerre apocalyptique surviendrait en 1969, le guru américain Charles Manson a décidé de faire tuer des gens pour que son message passe plus vite. Sa prédiction était basée sur sa propre interprétation de la chanson Helter Skelter (Montagne russe) des Beatles, parue sur leur album blanc. * Sur la photo, prise en 1969, l’actrice Sharon Tate, la femme du réalisateur Roman Polanski, qui a été assassinée le 9 août 1969 avec quatre autres personnes, à son domicile de Beverly Hills, en Californie, alors qu’elle était enceinte de huit mois. Charles Manson et des membres de la communauté qu’il avait fondée ont été accusés de ces meurtres et condamnés à mort. Leur peine a été ensuite commuée en emprisonnement. 

éclipse solaire totale de 1999

Crédit photo: Space Frontiers/Hulton Archive/Getty Images

1999 - L’apocalypse de Paco Rabanne

Le 11 août 1999 a eu lieu une éclipse solaire totale, un fait rare, mais prévisible dont se sont vite emparés les voyants et annonceurs d’apocalypse de l’époque, dont Paco Rabanne, un couturier espagnol célèbre dans les années 1960 pour ses robes aussi futuristes qu’importables. L’homme, qui se taxait de voyance, avait prédit qu’à 11 h 22, le 11 août 1999, la station spatiale Mir allait s’écraser sur le château de Vincennes et que Paris et bien d’autres villes des environs allaient disparaitre, ravagées par des incendies gigantesques et des débris de plutonium. Le couturier avait expliqué avoir eu une vision à l’âge de 17 ans, alors qu’il se promenait sur les quais de la Seine, de gens brûlés vifs qui erraient dans les rues de Paris.

La date exacte a été définie des années plus tard grâce à une nouvelle interprétation des prophéties de Nostradamus selon laquelle une catastrophe majeure allait se produire le 11 août 1999. La station Mir ne s’est pas écrasée sur le palais de Versailles, ou nulle part ailleurs, ce jour-là. Depuis, et malgré l’échec de sa prédiction, l’octogénaire Paco Rabanne continue d’alimenter une presse spécialisée avec le récit de ses expériences paranormales. * Sur la photo, la couronne du soleil visible autour de la lune durant l’éclipse solaire totale de 1999. 

massacre en Ouganda

Crédit photo: ALEXANDER JOE/AFP/Getty Images

Les apocalypses du 2e millénaire

Les moins de 15 ans ne peuvent pas connaître, mais le passage au deuxième millénaire a suscité bien des prédictions. Parmi la plus persistante, le bogue informatique massif, à l’échelle planétaire, qui empêcherait la société de fonctionner. Entre autres catastrophes suscitées par la peur de l’an 2000, on compte le massacre en Ouganda de 924 personnes dont 530 mortes dans l’incendie de leur église, les autres ont été étranglées ou empoisonnées, mais toutes faisaient partie d’une secte religieuse locale, le Mouvement pour la restauration des dix commandements de Dieu (Movement for the Restoration of the Ten Commandments of God), dont les leaders avaient prédit la fin du monde pour l’an 2000.

Une fois passée la date fatidique sans que le ciel ne leur soit tombé sur la tête, les adeptes se sont sentis floués et plusieurs ont demandé à être remboursés. Ce que l’on a d’abord cru être un suicide de groupe a fini par ressembler à une tuerie orchestrée par les chefs du culte dans un effort pour se débarrasser des maillons faibles de leur secte. * Sur la photo, prise à Kanungu, en Ouganda, un soldat regarde les restes d’environ 250 membres du Mouvement pour la restauration des dix commandements de Dieu qui se sont suicidés dans leur église, à Kanugu, dans l’ouest de l’Ouganda, le 19 mars 2000.

Une affiche "Le retour de Jésus" au Mexique en 2011

Crédit photo: Jesus Alcazar/AFP/Getty Images

L’apocalypse du 21 mai 2011

Harold Camping était un prédicateur américain qui possédait une station de radio californienne recouvrant plus de 150 marchés américains. Né en 1921 et mort en 2013, il a annoncé plusieurs fois l’Apocalypse. Elle devait survenir selon lui le 21 mai 1988, puis le 7 septembre 1994. Camping s’est par la suite encore ravisé et a annoncé sur les ondes, sur des panneaux publicitaires et autres pubs que le grand Ravissement allait survenir le 21 mai 2011, à 6 h, heure locale, dans chacune des régions du monde, en commençant par la Nouvelle-Zélande. Les bons chrétiens, soit environ 2 % de l'humanité, seraient alors enlevés par Dieu et amenés au paradis.

Puis le 21 octobre de la même année Dieu allait détruire l’Univers. Certains Américains ont laissé leur travail pour voyager dans le pays et avertir les autres citoyens de ce qui se préparait. * Sur la photo, un homme marche près d’une affiche annonçant le « Retour de Dieu », placée par le groupe religieux américain Family Radio du prédicateur Harold Camping dans l’une des rues de la ville mexicaine de Ciudad Juárez, à la frontière du Texas, le 20 mai 2011.

Le maire en Bugarach en 2010

Crédit photo: PASCAL PAVANI/AFP/Getty Images

2012 - L’apocalypse selon les Mayas

Selon une prédiction maya, la Terre allait être détruite en décembre 2012. Certains étaient convaincus que le pic de Bugarach, dans l'Aude, en France, serait un point indestructible en cas de cataclysme, avec ses 1231 mètres. Certains voulaient même y construire un refuge. Les Mayas, dont la civilisation est aujourd’hui disparue, utilisaient divers calendriers pour l’agriculture et l’astronomie. Ils se basaient sur ces calendriers pour prévoir les éclipses, les mouvements de la Lune ou les positions des planètes du système solaire.

Mais de là à prédire la fin du monde? De nombreux experts ont dénoncé la prédiction, en arguant qu’elle n’était qu’une mauvaise interprétation de l’histoire et de la culture mayas et que jamais les Mayas n’ont annoncé de fin du monde. La preuve, certaines stèles de leurs calendriers vont au-delà de l’an 4000… *Sur la photo, prise le 14 décembre 2010, le maire de Bugarach, Jean-Pierre Delord, pose devant un panneau montrant l’entrée du village de 200 habitants.

célébrations mayas à Chichen Itza en 2012.

Crédit photo: Pedro PARDO/AFP/Getty Images

2116 - L’apocalypse selon les Mayas, prise 2

La légende du calendrier maya est tenace. Deux scientifiques allemands, les frères Böhm, ont récemment refait des calculs qui les ont menés à la conclusion suivante : la fin du cycle actuel prévue par les Mayas se fera en 2116. Qu'on se le tienne pour dit, même si on ne sera malheureusement pas là pour vérifier… * Sur la photo, des visiteurs lèvent leurs mains durant les célébrations pour la fin du cycle maya connu sous le nom de Bak’tun 13, le début du nouvel âge maya, au site archéologique de Chichén Itzá, dans l’état du Yucatan, au Mexique, le 21 décembre 2012. 

Isaac Newton

Crédit photo: The Print Collector/Print Collector/Getty Images

2060 - L’apocalypse selon Isaac Newton

Isaac Newton a révolutionné la physique, les mathématiques et l’astronomie aux 17e et 18e siècles, avec la loi de la gravité universelle et les trois lois du mouvement auxquelles il a donné son nom. Ce que l’on sait moins, c’est que la plupart des travaux de Newton n’étaient pas consacrés à la science, mais à la théologie, au mysticisme et à l’alchimie. C’est ce que semblent en tout cas prouver les archives dévoilées en 2012 par la Bibliothèque nationale d’Israël.

Dans ces documents, le mathématicien philosophe et astronome anglais fait des liens entre la Bible et le Livre de Daniel de l’Ancien Testament. Partant de la date symbolique du sacre de Charlemagne, en 800, à laquelle il a ajouté 1260 années, il arrive à la conclusion que la fin du monde surviendra en 2060. Les paris sont ouverts. * Sur la photo, le mathématicien, astronome et physicien anglais Isaac Newton, né en 1643 et mort en 1727.

Nostradamus peint par son fils

Crédit photo: Keystone-France/Gamma-Keystone via Getty Images

3797 - L’apocalypse selon Nostradamus

Les écrits de Nostradamus,  le médecin du roi Henri II, sont si nébuleux qu’il en existe des milliers d’interprétations tout aussi (im)probables les unes que les autres. Depuis leur parution en 1555, ces prédictions de l’apothicaire et astronome français Michel de Nostredame, faites à partir de calculs mathématiques basés sur la succession des cycles et l’observation des planètes en orbite autour du Soleil, ressurgissent régulièrement dans l’actualité.

On y a lu l’avènement d’Adolf Hitler, les événements du 11 septembre 2001, la chute du mur de Berlin et autres moments marquants de l’histoire de l’humanité. D'autres y voient un grand déluge, un cataclysme mondial comparable à l’apocalypse. Selon des analystes, les prophéties de Nostradamus s'arrêteraient en 3797 après Jésus Christ. * Sur la photo, l’astrologue Nostradamus (1503-1566), peint par son fils Caesar de Nostredame.

Désert de Namibie

Crédit photo: Jeff Overs/BBC News & Current Affairs via Getty Images

500 000 000 - L’apocalypse de Kasting

Dans cinq cents millions d’années, selon le géoscientifique américain James Kasting, le niveau de dioxyde de carbone dans l’atmosphère évoluera de façon dramatique jusqu’à rendre la Terre inhabitable. Selon les calculs de ce savant émérite né en 1953, les océans de la planète s’évaporeront d’ici un milliard d’années, soit pas mal plus vite que ce que l’on croyait précédemment. * Sur la photo, les dunes du parc national de Namibie, photographiées en juin 2005. La terre sans océans de Kasting ressemblerait entièrement à ça. 

Lever de soleil à Sydney en 2002

Crédit photo: Auscape/UIG via Getty Images

5 000 000 000 - L’apocalypse selon les scientifiques

Dans cinq milliards d’années, à la fin de son actuelle phase de développement, notre Soleil deviendra une géante rouge qui avalera la Terre ou à tout le moins la brûlera totalement. La communauté scientifique est généralement d’accord pour dire que cet événement se produira dans environ cinq milliards d’années.

Ça nous donne le temps d’y penser, même si certains croient que la Terre pourrait devenir trop chaude pour être habitable dans seulement un milliard d’années. *Sur la photo, le lever du soleil pendant des feux de brousse en janvier 2002, à New South Wales, en Australie.

La Voie lactée

Crédit photo: SSPL/Getty Images

22 000 000 000 - L’apocalypse du grand déchirement

Le grand déchirement, ou Big Rip en anglais, est une hypothèse cosmologique publiée pour la première fois en 2003. Selon cette théorie, toute la matière - des étoiles et des galaxies jusqu’aux atomes et autres particules subatomiques - sera graduellement déchirée au fur et à mesure de l’expansion de l’univers. Des portions de matière éclateront et disparaitront, avant de renouveler le cycle des Big Bang avec une nouvelle explosion qui se poursuivra dans une expansion continuelle.

Une hypothèse situe le moment de cette prochaine fin du monde dans environ 22 milliards d’années. Mais bon, les connaissances sur les naissances et les morts des univers étant une science encore largement nouvelle, on a le temps d’approfondir. * Sur la photo, prise en 1990, la Voie lactée telle que vue dans une lumière infrarouge par le satellite américain COBE en orbite autour de la Terre. Le rôle du satellite était entre autres de prouver la réalité de la théorie Big Bang.

Commentaires