Le temps du #bodypositive, qui prend d’assaut les réseaux sociaux depuis les dernières années, est révolu. Les femmes saluent désormais le #bodyneutrality, un mot-clic qui se veut plus passif que son prédécesseur !
 
Bien que le terme ne compte que 4 200 publications sur Instagram — son rival en compte plus de 6 millions —, il n’en demeure pas moins qu’il est de plus en plus utilisé par bon nombre de femmes, épuisées émotionnellement à l’idée de vénérer leur corps coûte que coûte.
 
Car c’est là le principal problème du mouvement body positive, qui prône l’acceptation et l’appréciation de tous les types de corps : à force de redoubler d’efforts pour aimer leur corps, beaucoup en font une obsession.
 
De plus, bien que le courant ait permis de démarginaliser les femmes rondes dans les publicités et les magazines, plusieurs déplorent qu’il ait été repris par des femmes au corps de rêve, qui prônent l’acceptation de soi à grands coups de séances de gym et de régimes amincissants.


 
Acceptation de soi

 
Mais pour s’aimer, ne faut-il pas commencer par s’accepter tel qu’on est ? C’est la question que posent des milliers de femmes à travers la notion de body neutrality, qui consiste à prendre conscience qu’on ne peut pas aimer chaque partie de son corps en permanence.
 
Cet état d’esprit est considéré comme plus réaliste, puisqu’il tient compte du temps et de l’énergie nécessaires pour parvenir à l’acceptation de soi. Entre insatisfaction et satisfaction totale, il y a un grand pas ! 
 
Un nouveau buzzword qui fera souffler un vent de fraîcheur sur tous les #beachbody de l’été !

 


Vous aimerez aussi