À chaque année, c’est la même chose. La grisaille de l’automne nous tombe dessus, et on essaie du mieux qu’on le peut de garder le moral, même si on se sent comme des zombies post-Halloween. Et puis, bam, le changement d’heure. C’est la cerise sur le sundae de la grisaille!

Le changement d'heure, une petite torture

Secrètement, je pense qu’on rêve à peu près tous au jour où on va cesser ce changement d’heure. On a beau gagner une heure de sommeil, plusieurs d'entre nous prendront des semaines à s'en remettre! Il fera aussi un peu plus clair le matin, mais en contrepartie, les jours sont durs quand il fait nuit en sortant du boulot. Bon, on risque de continuer à vivre le changement d'heure pour le restant de nos jours, mais on peut bien rêver quand même.

Et tant qu’à rêver, faisons-le en grand...

Peut-on dormir, S.V.P?

Vous connaissez ce sentiment quand on se réveille le matin et qu’on dirait qu’un camion est passé sur nous durant la nuit? Parfois, on vendrait carrément notre âme pour une heure de plus de repos.

Malheureusement, il y aurait souvent des conséquences lourdes à rester coucher, comme une perte d’emploi, les enfants en retard à l'école, les rendez-vous manqués. C’est pour ça qu’on trouve finalement l’énergie de se propulser hors de notre lit chaud et douillet à chaque matin, pour recommencer notre métro-boulot-dodo.

Je me suis surprise ces jours-ci à rêver d'un monde idéal dans lequel  tous nos désirs seraient possibles. Imaginez si on avait le droit de dormir quand on veut, sans avoir à remplir nos obligations à des heures précises. On pourrait simplement peser sur « snooze » et remettre nos activités à plus tard. On vivrait dans monde où on aurait enfin le droit d’écouter notre corps, qui nous supplie trop souvent de rester sous les couvertures

Nous vivons indéniablement dans une société capitaliste où le temps, c’est de l’argent. Le sommeil n’est pas perçu comme une ressource très rentable... Mais je crois qu'il l'est vraiment!

Le surmenage sévit dans le foyer de nombreux travailleurs souffrant de burnout, donc peut-être qu’un peu plus de flexibilité sur la façon dont on gère notre horaire de repos pourrait être un excercice payant au bout du compte. On resterait productif, mais en ayant le pouvoir d'accorder nos tâches avec notre rythme circadien. La vie serait tellement plus facile, non?

Je ne dis pas qu’on devrait tous devenir des gros fainéants paresseux qui passent leur hiver au lit à hiberner! Parce que d’être actif, ça aide aussi à régénérer notre énergie.

Notre rythme de vie peut sembler bien lourd à ce moment-ci de l’année, avec les nombreuses célébrations du temps des Fêtes qui approchent et toutes les préparations que ça comporte.

On est fatigués

Est-ce qu’on pourrait mieux s’écouter, prendre une pause de quelques heures sans en payer le prix? Pour la plupart, c'est impossible. 

J’imagine que c’est pour ça que de nombreux Québécois iront se prélasser sur les plages tropicales dans le Sud cet hiver, pour se remettre de cette course folle… mais aussi de l’hiver polaire que la nature nous envoie à chaque année. (Désolée je vous le rappeler mais ça s'en vient ça aussi! S.O.S!)

Le printemps renaîtra bien un jour

C'est un peu comme une version anachronique du jour de la marmotte, mais cette fois c'est nous qui voyons notre ombre et qui retournons faire dodo en attendant l'arrivée du beau temps...

Mais courage, chers lecteurs! Le printemps sera à nouveau parmi nous sans même qu’on n’ait vu le temps passé, on changera l'heure à nouveau, et on se sentira renaître en avançant nos montres et en voyant les jours allonger. Ça fait partie de la vie!

Avouez cependant qu’on aimerait tous à un moment où un autre pouvoir sortir une baguette magique qui contrôle le temps, ou qui nous permette de faire la grasse matinée quand on le veut!


Vous aimerez aussi


Plus d'articles