Au salon, je me regardais dans le miroir pendant que j’essayais d’effacer la teinture qui avait coulé sur mon front, quand j’ai soudainement reçu une claque en pleine face.

Nenon, personne ne m’a giflée. Sauf la réalité.  

J’ai réalisé à quel point je commençais à ressembler… à ma mère! Et ça, ça fait mal.

Parce qu’on a beau aimé notre génitrice du plus profond de notre cœur, avec toutes ses qualités et surtout ses défauts, pour moi c’est bien important d’être ma propre personne et de ne pas devenir le clone de ma mère… ou de quiconque de ma famille!

En fait, mon but depuis la petite enfance est de devenir Bébé dans Dirty Dancing, qui n’est pas ma mère ni la vôtre. Par contre, ce n’est pas encore arrivé. J’attends encore que Patrick Swayze vienne fait boum boum sur mon cœur avec sa main pour me montrer à avoir du rythme. Maintenant qu’il est décédé, mon seul espoir est que son fantôme vienne me visiter lors de mon prochain projet de poterie...

Devenir sa mère, un phénomène évitable?  

Mais revenons aux mères. C’est quand même spécial, devenir sa mère, non?

Parce que quand je pense à ma mère, je pense à quelqu’un qui porte des sous-vêtements beiges, qui ne sait plus comment se servir de ses courriels dès qu’une mise à jour se produit, et qui porte un partiel. Des caractéristiques bien charmantes pour un personnage de film, mais en rien il ne s’agit d’un modèle de féminité pour m’aider à devenir la femme fatale que je rêve d’être quand j’écoute un long métrage hollywoodien.

Penser être ma mère m’enlève soudainement tout sex appeal. C'est plate, hein? Mais c’est pas parce que c’est plate que c’est pas vrai.

Pitié, non!

Devant la glace, la coiffeuse s’est tout de suite rendue compte que quelque chose n’allait pas quand elle a vu mon visage pâlot.

« On dirait que tu as vu un fantôme dans le miroir! »

Presque… J’ai vu ma mère dans mon regard.

Devenir sa mère veut aussi dire devenir la belle-mère de son chum

On sait que certains hommes sont curieux de rencontrer la mère de leur conjointe pour avoir une fenêtre sur le futur. Ça leur permet de voir de quoi aura l’air leur blonde dans quelques décennies. Certains sont rassurés, d’autres prient en silence afin que leur amoureuse retiennent plus du bord du père dans sa génétique... Enfin, c’est ce que j’ai compris en regardant mes films hollywoodiens.

Dans le fond, je ne sais pas trop à quoi pensent les hommes, surtout quand vient de temps d’aborder la question épineuse de la belle-mère! Je sais simplement que si ton chum veut trop que tu deviennes ta mère, c’est pas bon signe pour ton couple, parce qu’il trippe un peu trop sur elle pour pas que ça crée de malaises au party de Noël.

Ma mère, je l'aime. Mais...

Quand je regarde des photos de ma maman à mon âge, je la trouve très belle, ce qui est rassurant! Peut-être que quand j’étais bébé, je rêvais de devenir comme elle. C’était mon modèle. Je ne connaissais même pas encore Passe-Partout, ni de gardienne, ni d’enseignante, pas même de chanteuse populaire pour me servir de modèle.

C’est juste que de ressembler à sa mère, pour moi, c’est un réel bad trip devenu réalité. On n'est d'accord sur rien quand on se parle, elle ne m'écoute pas et elle me traite encore comme si j'avais 10 ans.

J’ai beau être une quarantenaire qui ne fait pas son âge à force de me tenir au salon de coiffure le plus hip en ville, des fois je fais le saut. Soudainement je m’entends dire une phrase qui aurait pu être sortie tout droit de la bouche de celle qui m’a donnée la vie.

Surtout que la première fois que c’est arrivé, c’était mon ex qui m’avait fait la remarque que je sonnais comme  ma mère. Sans même m’en rendre compte, dans un moment de folie, j’avais dit « Oh mon dieu, ton beau pantalon est tout plissé, il faudrait lui donner un petit coup de fer en arrivant à la maison. »

Ma mère ADORE repasser du linge. Je déteste ça, un fer à repasser. Je ne repasse presque jamais rien. C’est ainsi que je me débrouille dans la vie sans trop de charge mentale. Mais cette fois-là, fouillez-moi à savoir quels fils se sont touchés dans mon cerveau : je suis devenue ma mère à la vue de ce pantalon cargo beige tout fripé.

Non seulement c’est grotesque, mais on était en camping. Avec des mouches à chevreuil et ben du DEET. C’était peut-être un effet secondaire de cette puissante substance anti-mouches?

Est-ce grave, docteur?

Qu’est-ce qu’on s’en fiche des cargos de l'ex. Ils pourraient être troués et dégoulinants de bouette, je m’en ficherais. Mais par ce beau soir de juillet 2016, ça m’a fait de quoi. C’était peut-être la couleur beige qui a provoqué quelque chose dans mon inconscient?

Je suis à la recherche d’un exorciste depuis, afin que ce diable intérieur ne s’installe pas trop confortablement dans ma personnalité. Ou d’un psy. Mais je me rabats sur ma professionnelles des cheveux parce qu’avec elle, c’est une thérapie et une mise en plis: une pierre deux coups!

« Tu sonnes comme ta mère »

 Cette phrase qu’aucun gars ne rêve de dire à sa blonde, je l’ai entendue durant notre week-end en camping. Cette phrase qui tue : « tu sonnes comme ta mère ».

Je veux sonner comme moi. Bien sûr, je peux apprendre de ma mère et peut-être même hériter de quelques-unes de ses qualités. Mais je veux que ce soit assez discret pour que personne ne le remarque.

Je veux apprendre de ses erreurs en ne les faisant pas moi-même. Je veux m’affirmer en tant que moi, pas comme un ordinateur qui a été hacké par un virus durant la petite enfance. Je veux me tenir loin du linge beige et je veux que les gens portent du linge mal repassé. LIBÉRATION!

Que son visage et le mien se ressemblent, c’est pas si pire. C’est même un peu inévitable de ressembler à nos gênes. Je souris plus qu’elle, donc déjà là, on ne peut pas se ressembler comme deux gouttes d’eau.

Mais par pitié, je ne veux pas DEVENIR ma mère. Encore moins que mon conjoint trouve à un moment ou à un autre que je lui fais penser à elle. Car j’ai encore espoir d’avoir une vie sexuelle active et épanouissante. 

Mais je pense à ça, est-ce que ça veut dire que si j'ai des enfants un jour (tic toc) qu'ils auront eu aussi peur de devenir comme moi? Est-ce que ça fait officiellement partie du grand cycle de la vie?

Ma coiffeuse m’a regardé droit dans les yeux quand elle a vu cette petite crise existentielle prendre naissance dans mon regard.

« Je ne connais pas ta mère, je te connais juste toi. Et tu es fabuleuse. Si ta mère y est le moindrement pour quelque chose, on la remercie d’avoir contribué à cette merveilleuse personne que tu es devenue et je peux juste imaginer qu’avec les années tu vas continuer à être encore plus exceptionnelle et radieuse. Ça fait que garde la tête haute et suis moi au lavabo, il faut qu’on rince. »

J’espère ressembler à ma coiffeuse en vieillissant. Elle a vraiment un beau toupet qui tient bien, même quand il vente.

À la semaine prochaine!


Vous aimerez aussi


Plus d'articles