Retour

Du jus de betterave sur les routes glissantes?!

La ville de Winnipeg en a-t-elle marre de l’hiver canadien qui se veut toujours aussi rude et éprouvant sur la route, année après année? On l’ignore, mais ses responsables du déneigement ont décidé de mener leur lutte, à leur façon, aux conditions hivernales difficiles pour les conducteurs. Cette année, du jus de betterave sera versé sur les routes à la grandeur de la ville, dans le but de faire fondre la glace dangereuse qui les recouvre parfois!

À quand les semelles à crampons antidérapantes fabriquées avec un petit soupçon de betterave? Bon, n’exagérons tout de même pas, mais cette nouvelle est extrêmement sérieuse : la ville de Winnipeg aura bel et bien recours au jus de betterave pour déglacer ses routes, cet hiver. À l’essai sur un territoire restreint depuis 2015, ce procédé aurait suffisamment fait ses preuves pour devenir l’ennemi numéro un de la glace.

 

La betterave en renfort du sel et du sable

À l’évidence, il n’est pas question d’abandonner les moyens efficaces pour remédier aux routes glissantes et dangereuses tels que l’utilisation de gros sel et de sable. Cependant, en ajoutant du jus de betterave aux grains de sel, question de les « mouiller » un peu avant qu’ils ne soient déposés sur les routes, ça permettrait à la glace de fondre plus rapidement. Même chose pour le sable. En prime : celui-ci collerait mieux à la surface des rues, de cette façon.

 

Un moyen plus écolo?

L’avantage principal avec le jus de betterave serait que ça diminue de beaucoup la chlorure qui se « dépose » sur les routes, en hiver. Puis, la mixture composée de jus de betterave, d’eau et de sel utilisée à Winnipeg serait également bien efficace lors de journées particulièrement glaciales, évitant ainsi d’en mettre plus souvent et en plus grandes quantités. Les responsables de ces essais maintiennent qu’ils utilisent sans problème le jus de betterave sur les routes jusqu’à - 30oC.

 

Et les voitures, dans tout ça?

Que les conducteurs qui tiennent à leur véhicule comme à la prunelle de leurs yeux soient rassurés : apparemment, rien n’indique, jusqu’à maintenant, que l’utilisation du jus de betterave aurait un impact sur l’usure des voitures et la rouille, en particulier.

 

D’après vous, verra-t-on la betterave envahir les routes du Québec, prochainement? Un petit nombre de municipalités en a déjà fait l'essai, ne reste plus qu'à convaincre le grand territoire québécois... 


Vous aimerez aussi