Retour

Enfermés dans des cercueils, pour leur bien...

Cercueil sur un fond blanc

Que diriez-vous si votre employeur vous obligeait à vous coucher dans un cercueil, question de vous apprendre à apprécier la vie? C’est ce que font certains patrons sud-coréens.

L’économie de la Corée du Sud va bien, mais sa population va mal : le pays a l’un des plus hauts taux de suicide au monde et les travailleurs y sont parmi les plus stressés et les plus malheureux. 

Pour les aider à relaxer, à relativiser et à apprécier la vie, certains patrons demandent à leurs employés de prendre part à de « fausses funérailles ».

Apprendre à relativiser

La cérémonie vise, parait-il, à aider ces gens à affronter leurs problèmes et à les accepter comme faisant partie de la vie.

Ainsi la BBC rapporte les propos de ce patron d’une entreprise spécialisée en ressources humaines qui a décidé d’envoyer ses travailleurs à leurs fausses funérailles.

Notre compagnie a toujours encouragé les employés à changer leurs vieilles façons de penser, mais c’était difficile de vraiment faire une différence, a-t-il déclaré. J’ai pensé que d’aller à l’intérieur d’un cercueil serait une expérience tellement choquante (pour eux) que ça réinitialiserait leurs esprits pour amorcer un tout nouveau changement dans leurs attitudes.

Cérémonie de fausses funérailles

Crédit photo: Capture d'écran BBC

Vêtus de longues robes blanches, les futurs enterrés, qui proviennent de diverses entreprises, se réunissent dans une grande salle d’une tour à bureaux anonyme de Séoul, la capitale sud-coréenne, qui compte plus de 25 millions d’habitants. 

La première étape de la cérémonie consiste à montrer aux participants des vidéos de gens qui ont survécu à de rudes épreuves, comme un cancéreux qui jouit de ses derniers moments sur terre ou une femme née avec des côtes manquantes qui apprend à nager. Le message étant, on l’aura compris, que tout bien pesé, ça pourrait toujours être pire.

Ils s’assoient ensuite chacun à un petit bureau où ils écrivent des lettres d’adieu aux êtres qui leur sont chers. C’est le temps, on s’en doute, des sanglots et des mouchoirs.

Fausses funérailles

Crédit photo: Capture d'écran BBC

Puis vient l’apogée : les participants se lèvent et se placent devant des cercueils de bois placés à leurs côtés. Ils font une pause avant d’y entrer et de s’y coucher. Chaque personne tient dans ses mains une image d’elle-même, enveloppée d’un ruban noir.

Fausses funérailles

Crédit photo: Capture d'écran BBC

Les boîtes sont ensuite refermées.

Laissés dans l’obscurité totale, les employés réfléchissent pendant 30 minutes sur le sens de la vie.

Après l’expérience du cercueil, je me suis rendu compte que je devais essayer de vivre un nouveau style de vie, a déclaré l’un des participants en émergeant du cercueil. J'ai compris que j’ai fait beaucoup d’erreurs. J’espère que je serai plus passionné dans tout mon travail et que je passerai plus de temps avec ma famille.

C'est le patron qui doit être content.

Des séances de rire forcé

Ce n’est pas le seul rituel auquel les employés sont invités. Chaque matin en arrivant au travail, ils doivent faire ensemble des étirements qui se terminent par une séance de rire forcé où tout le monde doit éclater de rire ensemble.

Séance de rires forcés

Crédit photo: Capture d'écran BBC

Au début, rire ensemble semblait vraiment bizarre et je me suis demandé quel bien ça pouvait faire, commente une employée.  Mais une fois que tu as commencé à rire, tu ne peux t’empêcher de regarder la face de tes collègues autour de toi et on finit par rire ensemble. Je crois que ça a vraiment une influence positive. Il y a si peu d’occasions de rire dans une atmosphère de bureau normale. Je crois que ce genre de rire aide.

Le présentéisme sud-coréen

Comme le rapporte l’article de BBC, la Corée du Sud souffre de « présentéisme » qui est, comme on s’en doute, l’inverse de l’absentéisme occidental, soit le devoir de se rendre au bureau avant le patron et y rester jusqu’à ce qu’il (parce que là-bas, c’est invariablement un « il ») soit parti.

Le gouvernement a tenté récemment de transformer la culture du travail en insaurantt une sieste qui permet aux employés de dormir une heure durant la journée. Sauf que le cadeau est empoisonné, puisque les travailleurs doivent se rendre au bureau une heure plus tôt ou quitter une heure plus tard pour compenser.

Apprendre à méditer sur la mort pour apprécier la vie, c’est une très bonne idée. De là à obliger ses employés à le faire... 

Pour en savoir plus sur la cérémonie des fausses funérailles, voici une vidéo sur le sujet.

(Source)

 

Les plus récents