Retour

Héberger des vers parasitaires dans son corps pour sauver des milliers de personnes

Fiole et seringue

Aux Pays-Bas, 17 volontaires hébergent des vers parasitaires dans leur corps pendant 12 semaines, un geste qui permettra peut-être de sauver des milliers de personnes!   

Un vaccin hors de prix

La schistosomiase est une maladie chronique qui frappe plus de 200 millions de personnes par an et en tue des milliers en Afrique et Amérique du Sud. Deux potentiels vaccins ont récemment été approuvés, mais avant qu’ils ne soient commercialisés, de nombreux tests doivent être effectués... et ils coûteraient des millions de dollars!

Et les risques dans tout ça?

En implantant les vers «dans» des volontaires, cette étude a pour objectif de prouver qu'il existe un moyen rapide et abordable de tester le vaccin chez les personnes. De plus, en administrant aux volontaires 20 larves mâles, incapables de se reproduire à l'intérieur de leur hôte, le Dr Meta Roestenberg, médecin spécialiste des maladies infectieuses au Centre médical de l'Université de Leiden qui dirige la recherche, est convaincu que les risques pour leur santé sont « extrêmement faibles ».

Une méthode critiquée

Les volontaires ont accès à des soins médicaux en tout temps en cas de problèmes sérieux. À la fin de l'étude, ils recevront tous le vaccin qui est censé éliminer l’infection. Cette méthode non traditionnelle est critiquée par d’autres chercheurs, qui doutent de l’efficacité du vaccin et disent que cette procédure pourrait contraindre les volontaires à vivre avec les parasites pendant plusieurs années.