Que voyez-vous en premier? Le canard ou le lapin? Et après avoir vu l’un, parvenez-vous à voir l’autre? Selon votre réponse, cette illusion d’optique vieille de 124 ans vous dira si vous êtes, ou pas, de tempérament créatif.

Le canard-lapin est une image qui montre, selon le regard qu’on y porte, soit une tête de canard, soit celle d’un lapin. C’est une figure dite réversible et bistable, c’est-à-dire qu’on ne peut pas voir les 2 images en même temps.

La plupart des gens voient d’abord le canard et sont capables alterner entre les 2 représentations. La question est surtout de savoir à quel point on a de la facilité à passer de l’une à l’autre? Est-ce que ça nous demande un effort mental ou on peut le faire à volonté?

Selon une étude britannique, la capacité de passer d’une représentation à l’autre est liée à notre degré de créativité.

La capacité de changer notre façon de voir influencerait notre créativité

Dans le cadre de cette étude, on a d'abord fait passer aux participants un test de créativité qui leur demandait de trouver, en 2 minutes, de nouvelles façons d’utiliser un objet de tous les jours.

Une chaise par exemple : on peut s’asseoir, mais ce n’est pas une nouvelle utilisation. On peut monter dessus, ce qui est un peu plus nouveau. Ça l’est encore plus si l’on construit un fort, que l'on fait brûler pour se réchauffer ou si l'on assomme quelqu’un avec lors d’une bataille dans un bar.

On a ensuite montré l'illusion d'optique aux participants en leur demandant à quel point c’était facile pour eux de passer de la représentation du lapin.

Les participants qui avaient de la facilité à passer d’une image à l’autre ont trouvé en moyenne près de 5 nouvelles façons d’utiliser l’objet, contre moins de 2 pour ceux qui ne pouvaient pas passer du lapin au canard.

Voilà qui démontre bien le lien entre notre facilité à passer d’une représentation à l’autre et notre degré de créativité. Chaque fois que le cerveau doit passer d’une image à l’autre, c'est comme s'il recevait un éclair de créativité et qu'il comprenait que le monde peut être perçu différemment.

L’illusion d’optique

Le dessin a été publié le 23 octobre 1892 dans un journal satirique allemand. Son auteur est inconnu.

Une auteure de livres pour enfants a écrit en 2009 un livre basé sur cette illusion d’optique, pour montrer aux enfants comment laisser tomber une argumentation. Une leçon dont bien des adultes pourraient profiter.

À jouer, en famille et entre amis

Pour celles et ceux qui veulent passer le test des utilisations alternatives de Guilford, c'est très simple. Voici les règles de base :

Chaque participant a 2 minutes pour nommer des utilisations pour un objet du quotidien. Pour une brique, par exemple, les utilisations trouvées seraient :

  • presse-papier
  • butoir de porte
  • faux cercueil pour des funérailles de Barbie
  • projectile dans une fenêtre
  • arme
  • pour frapper ma soeur sur la tête

Pour compter les points, on tient compte de 4 critères :

  1. Originalité : chaque réponse est comparée à la quantité totale de réponses provenant de tous les participants. Les réponses données par seulement 5 % du groupe sont inhabituelles et valent 1 point, tandis que les réponses données par seulement 1 % du groupe sont uniques et valent 2 points.
  2. Facilité : on additionne tout simplement le total des réponses. Dans l’exemple de la brique, 6 réponses = 6 points.
  3. Souplesse - ou les différentes catégories. Dans l’exemple de la brique, "arme" et "frapper ma soeur" appartiennent à la même catégorie : armes.
  4. Élaboration - ou la quantité de détails. Par exemple, un butoir de porte = 0, tandis que « un butoir pour empêcher la porte de claquer par temps venteux » = 2 (un point pour le claquage de porte, et un sur le détail sur le temps).

Et bien sûr, plus on a de points au final, plus on est créatif.

(Source)

Plus d'articles