Quiconque n’a pas d’enfants compte les jours d’ici le début décembre, sachant très bien que leur fil Facebook sera soudainement envahi de lutins taquins! Nooon! On retient notre souffle avant que mille et une photos de petites marionnettes fabriquées en Chine (ou peut-être sont-elles produites directement au Pôle Nord dans l'usine à jouets du père Noël?) n'apparaissent dans notre vie pour le prochain mois.

À l'aube, ces lutins tannants vont mener le trouble dans les foyers québécois, au grand plaisir des enfants, en s’enroulant dans une longue ribambelle de papier de toilette, et autres tentatives de mises en scène loufoques. 

Que dire des parents qui se préparent mentalement à capturer ce fameux petit gnome pour lui faire faire des tours jusqu'au temps des Fêtes! Il faut vraiment vouloir se sacrifier pour le bonheur de ses enfants pour investir autant d'énergie sur un lutin. 

La saison des lutins de Noël est donc devenue inévitable pour la plupart d'entre nous, dans cette course folle des célébrations de fin d'année. On est pognés avec eux, il n'y a pas de possibilité de fuite d'ici janvier. 

Les lutins sont de retour! À l'aide.

Bon, au risque de paraître grincheuse, je sais bien que ces petits tours mettent de la lumière dans les yeux des enfants et que plusieurs parents ont beaucoup de plaisir à divertir leur progéniture en attendant le 25 décembre. Et on va se le dire : je suis vraiment contente pour eux, tout comme vous, je n'en doute pas! Et je dois même avouer que certains mauvais tours du lutin de Noël sont assez drôles. J’ai ri quelques fois à gorge déployée dans les dernières années en voyant l'ingéniosité des parents imaginatifs. Mais je ne peux pas faire semblant non plus d'éprouver un amour quelconque pour cette créature de Noël. Que voulez-vous, je n’aime pas les lutins! Et vous?

Avec leur petit sourire figé un peu horrifiant, ils me font frissonner d’horreur. Si au moins c’était une figurine du personnage de Dead Pool qui menait le trouble dans la maisonnée! Ce serait magique. Imaginez! Mais non. C’est un petit elfe fatigant au regard perturbant.

Quand j’étais jeune, ces lutins n’existaient pas. C’est dans les dernières années qu’il y a eu un gros boum, et je me demande bien ce qui a propulsé cette tendance. Les réseaux sociaux? Le fait de pouvoir partager les bons (et les mauvais!) coups avec nos amis et notre famille? Un grand vide existentiel collectif? Qui sait?

La charge mentale du père Noël

Comme si le temps des Fêtes n’était pas assez épuisant pour les parents, désormais ils doivent planifier les tours du lutin de Noël avant d’aller dormir. Si le farfadet n’a pas bougé durant une nuit, comment vont-ils justifier ça aux enfants? Ce serait la catastrophe! Ils ne voudraient surtout pas décevoir les petits qui attendent avec impatience le moment du réveil pour voir ce que cette créature a fait durant la nuit. 

Mais je me dis que tant qu’à provoquer des mises en scène qui ajoutent à la fameuse charge mentale (particulièrement des mères), il faut au moins s’assurer que ce sera aussi plaisant pour les parents qui doivent tout organiser!

Il existe sur internet des images de lutins taquins pour adultes. Ceux-là sont vraiment divertissants, quoique pas toujours de bon goût et ne devraient surtout pas être vus par des gamins. Mais ça me rassure de voir que je ne suis pas la seule à faire la guerre contre les lutins de Noël!

Je vais devoir prendre mon mal en patience d’ici à la fin de cette mode… Si elle finit par finir! On commence à en douter.

Même si ces lutins nous terrorisent avec leur regard mesquin plastifié, on peut être bon joueur et essayer d’encourager la créativité dans les dynamiques familiales.

On peut même souhaiter que cet esprit bon enfant se perpétue à longueur d’année, et ce, sans que ce soit un produit vendu sur les étagères des commerces. Pourquoi être plate à l'année et se défouler avec une poupée de Noël quand on peut s'amuser en tout temps avec un peu d'imagination?

La vraie créativité, c'est jamais cher, et sans date d'expiration! Que vous partiez à la chasse aux lutins ou non, assurez-vous au moins d'avoir une bonne dose de plaisir et n'ayez pas peur d'un petit brin de folie pour divertir les enfants. 


Vous aimerez aussi