Le 17 octobre, on va enfin savoir comment la légalisation du cannabis va affecter notre quotidien. Pour certains, c'est l'a-pot-calypse qui s'annonce. Pour d'autres, c'est un grand progrès social. 

Vient qu'on ne sait plus trop quoi en penser. Est-ce qu'on vit une catastrophe annoncée similaire au bogue de l'an 2000, qui n'était finalement qu'un pétard mouillé? Est-ce que les gens seront plus intoxiqués qu'avant? Allons-nous devoir vivre avec une hausse soudaine de la popularité de la musique reggae? Tant de questions, si peu de réponses et beaucoup de devinettes.

Je me demande bien si tous les arguments qu'on entend ces jours-ci étaient également présents d'un bord comme de l'autre lorsqu'on a mis fin à la prohibition de l'alcool? Malgré que je n'aie pas accès aux voyage dans le temps, je peux supposer que oui, à l'exception du fait qu'à l'époque, les citoyens ordinaires n'avaient pas autant de plateformes pour se faire entendre.

Je me suis donc livrée à une petite expérience en sondant les gens autour de moi à propos de ce qu'ils pensent réellement de la légalisation du pot, afin d'écouter ce qu'ils ressentent face à cette nouvelle législation. Car, au final, entendre ce que les autres peuvent bien en penser nous aide à forger (et à mettre au défi) notre propre opinion.

Voici quelques témoignages qui vous rejoindront peut-être, et peut-être pas!

Que pensez-vous de la légalisation du cannabis?

« Je ne crois pas que la légalisation va changer quelque chose dans la consommation actuelle de cannabis. Ce que je constate cependant, depuis quelques années, c’est une accélération de la banalisation de la consommation. À toutes heures du jour ou de la nuit, une odeur de pot flotte dans l’air montréalais. Ça semble normal de fumer un joint à 7 AM, alors que la même la logique avec l’alcool serait impensable. J’espère que la légalisation aura pour effet de donner des ressources pour éduquer à la consommation responsable, civile (allô, la conduite avec les facultés affaiblies!) et prévenir la dépendance. D’ici là, il semble être 4:20 quelque part dans le monde assez souvent dans mon quartier… » 

Caroline, 41 ans

 

« Les gens qui ne fument pas ne commenceront pas parce que c’est légalisé. En fait je pense même que la réglementation sera plus sévère qu’avant puisqu’il y aura possibilité de donner des contraventions aux gens qui consomment du cannabis où ils n’ont pas le droit. Remarque… si je mange un muffin au pot dans le parc, je ne vois pas comment les autorités le détecteront facilement…

J’ai une seule crainte et c’est par rapport au crime organisé. Avec la légalisation et l’encadrement, ils perdent une partie de leur revenu (peut-être pas non plus, tout dépendra des acheteurs et de la concurrence de prix.) »

Marie Josée, 39 ans

 

« Je sens qu’on s’est beaucoup inquiétés des impacts de la légalisation du cannabis quand d’autres enjeux latents ont un bien plus grand potentiel de nuire à la population, tels la cigarette. Il serait très peu probable qu’on assiste à une recrudescence de consommation de pot chez les québécois sous simple prétexte que c’est maintenant légal. Autour de moi, les discussions liées à la légalisation ont davantage a trait au fonctionnement et à la nouveauté plutôt qu’aux risques, qui semblent exagérés. »

Gabrielle, 28 ans

 

«Je suis pas mal contre la légalisation, sauf dans le cas où le marché illégal est une ressource pas très fiable pour les consommateurs. Le positif pour moi est que la légalisation va permettre aux gens de se présenter dans un endroit où la qualité sera mise de l’avant. Cela dit, j’ai un malaise à devoir vivre avec la fumée des gens, et le fait qu'ils risquent de ne plus vraiment faire attention (ex : la conduite, aller travailler, et je suis pas mal certaine que de rendre ça légal, ça dédramatise le fait de prendre de la drogue). Si la consommation se fait de manière récréative comme l’alcool, ça passe. Mais je reste très réticente.  Mon entourage est 50% contre et 50% pour. »

Dominique, 39 ans

 

« Pour moi ça ne changera absolument rien, j’aime pas ça le pot! Et personne dans mon entourage en consomme. La seule chose, c’est que je trouve que le gouvernement est mal préparé. A deux semaines de la légalisation, personne n’a encore d’info sur comment on peut le consommer, à quel endroit, où on pourra en acheter, etc. Ils sont en retard pas mal et si tout le monde se met à écouter du reggae, je m’achète des bons bouchons !!!! »

Carolyne, 26 ans

Tous ces points de vue portent certainement à réflexion! 

Selon moi, la légalisation du pot, ça change pas le monde, sauf que...

Difficile de lire dans l'avenir, donc.

Clairement, il semble y avoir une désorganisation et un manque d'information pour le public. Mais selon moi, la société est gagnante au point de vue de la santé publique, dans la mesure où on aura un contrôle de qualité, et que plus d'études pourront naître afin d'étudier les effets de la marijuana sur les cerveaux humains.

Certains s'inquiètent du fait que le crime organisé devra trouver de nouveaux revenus, mais je ne m'inquiète pas de leur créativité pour se financer, surtout avec le marché noir destiné aux mineurs, et toutes les autres drogues illégales qui sont consommées en cachette sans qu'on n'en parle vraiment sur la place publique.

Je peux aussi comprendre que la fumée secondaire ne soit pas la bienvenue pour plusieurs, mais je m'inquiète de la prohibition locale qui aura lieu dans certaines municipalités, qui comptent interdire de fumer du cannabis, sans oublier les propriétaires d'appartements qui l'interdisent aussi. C'est quand même ironique que dans certaines zones du Québec, on dirait qu'il sera encore plus difficile de fumer du pot que lorsque c'était illégal... Ce qui n'arrêtera pas magiquement les consommateurs pour autant. Ils trouvaient bien le moyen de le faire quand c'était dans le code criminel... Mais maintenant, le pot sera une trappe à tickets dans certains endroits.

Les gens fumaient avant, et ils fumeront encore. Ni plus, ni moins. Certains auront une consommation responsable, d'autres non, comme avant. 

Les potteux n'auront plus à se cacher autant. La grande différence est qu'ils ne seront plus poursuivis en justice pour ce délit, car les forces de l'ordre ont aussi mieux à faire que d'aller à la chasse aux potteux qui écoutent un album de Bob Marley en mangeant de la pizz'. (Bonjour les stéréotypes!) 

Et pour la conduite avec les facultés affaiblies, ça demeure un éternel combat pour les forces de l'ordre tout comme pour l'alcool. Avec un peu de chance, la police utilisera une technologie plus fiable qu'avant pour faire la preuve qu'une personne est intoxiquée par le cannabis au volant, ce qui serait un progrès. 

Après tout, je ne crois pas que que ce changement de lois banalise la dépendance au cannabis, mais peut-être que ça nous permettra d'avoir des conversations constructives au sujet de la consommation responsable, comme on peut en avoir (parfois) au sujet de l'alcool et de ses dangers. Je l'espère en tout cas.

Et vous, votre opinion au sujet de la légalisation est-elle faite? Avez-vous tenté l'exercice de sonder les gens de votre réseau? Est-ce que même d'en discuter est tabou dans votre entourage ou, au contraire, les gens aiment en débattre? 

J'ai l'impression qu'on n'a pas finit d'en jaser!


Vous aimerez aussi


Plus d'articles