Moins d’un mois avant le réveillon. Le temps file, non? Ne paniquez pas! Tout va bien aller. Respirez par le nez. Faites-vous une tisane ou tricotez-vous un foulard géant. Détendez-vous. De grâce, restez zen

Pour la plupart d'entre nous, le temps des Fêtes est l'occasion de se réunir en famille. On veut profiter de cette période pour se reposer au bord du feu, entourés de chaleur humaine, en regardant un film nostalgique en famille. Du moins, c'est l'idée qu'on s'en fait avant d'être aspiré par le tourbillon des préparations. 

La pression est forte pour que tout soit parfait, ce qui cause un stress énorme pour plusieurs. Alors que le discours pendant les semaines qui précèdent Noël est à la générosité, on semble mettre de côté tous nos beaux principes quand vient le temps de se pointer au centre d’achats. Difficile de ne pas perdre sa santé mentale en mettant le pied dans ce lieu de pèlerinage bondé de gens à la recherche du cadeau parfait comme s'il s'agissait du Saint Graal.

La quête vers la zénitude des Fêtes

Chaque année, la folie du magasinage prend possession de plusieurs d’entre nous, et on aurait parfois besoin d’exorciser quelques âmes perdues dans leur course vers les soldes. Quoi de plus désagréable que de passer un après-midi dans un centre commercial plein à craquer, bondé de gens impatients, souvent irrespectueux et même parfois fous de rage? Un peu à l’image du chaos mythique du Boxing Day, certains vendraient leur mère pour mettre la main sur ce dernier pyjama à pattes à l’effigie de la Pat’ Patrouille, dans le but de l’offrir à leur neveu préféré le 24 au soir.

Imaginez comment la vie serait belle si on pouvait offrir ce même pyjama sans devoir sacrifier notre santé mentale! Ce serait vraiment génial.

Je sais, l’image choque. Visualisez la scène : vous vous déplacez entre les rangées du commerce, avec un sourire aux lèvres, et vous décidez de trouver ce même pyjama sans menacer personne qui y touchera de représailles. Et si une autre personne a trouvé l’item avant vous… vous le lui laissez! Inimaginable, je sais. Se réjouir qu’un autre enfant soit émerveillé d’ouvrir son cadeau pour y trouver le pyjama de ses rêves… Est-ce même légal de faire preuve d’une telle dose de bonne foi?

Les magasineux à temps plein

On le sait, ce n’est pas simple de faire plaisir à nos proches. L’achat de cadeau est quelque part entre un art et une science : il faut bien doser plusieurs facteurs pour satisfaire tout le monde sans se ruiner.

Déjà en partant, la pression est forte. Les cadeaux peuvent devenir une réelle source de malaises et de stress, ce qui est bien dommage. Personne ne veut être cheap, ou être gênant de générosité. Certains ne savent pas apprécier nos efforts non plus. C’est possiblement une des raisons qui font en sorte que plusieurs passeront les prochaines semaines à la chasse aux cadeaux à temps plein. Ils ont beau être un mois d’avance, la pression ne baisse pourtant pas. Ils deviennent encore plus fous que ceux qui commenceront à magasiner en soirée le 23 décembre.

La charge mentale de Noël, ce n'est pas quelque chose dont on a particulièrement besoin. C’est pourquoi il faudrait mettre en pratique nos belles résolutions de fin d’année dès la fin novembre.

La magie de Noël à longueur d'année

J'aime bien l'idée de la magie de Noël, mais je préfère encore la magie à longueur d'année. Si on pouvait être habité par autant de bonne volonté que lors du réveillon douze mois par année, on serait beaucoup plus heureux! Bien sûr, tout ça dépend de chaque personne. Certains ont un cœur quatre saisons, alors que d’autres se font poser un cœur d’hiver et un cœur d’été au même rythme que leurs changements de pneus d’hiver. Disons qu’il est toujours sage de poser nos pneus d’hiver plus tôt que tard... Sinon, on risque de prendre le fossé dès l’arrivée de la première bordée de neige. Et si c'était la même chose pour notre bonté de coeur? Avoir bon coeur chaque jour serait payant, surtout lorsque la pression monte! 

Alors, croyez-vous que vous pourrez magasiner de manière plus zen, cette année? On retombe vite dans de vieilles habitudes, mais ça vaudrait la peine d'essayer. 

Après tout, on se le souhaite. La vie est trop courte pour s'entre-tuer pour un pyjama qui sera trop petit pour notre neveu dans quelques mois, non?


Vous aimerez aussi