Mystère : on a trouvé de nombreux restes de souris dans l’estomac de certains poissons, mais on n’a aucune idée de la façon dont ces poissons ont eu accès à ces souris. Une étude de 18 représentants d’une espèce de poisson-chat (Neoarius berneyi) nageant dans le nord de l’Australie a révélé que jusqu’à 95 % du contenu de leurs estomacs était composé de restes de ces petits mammifères.

Bien que 18 ne constitue pas un gros échantillon, les biologistes australiens tiennent à souligner qu’on n’a jamais observé autant de poissons se nourrissant d’autant de souris. Certaines espèces de poissons-chats sont connues pour attraper des pigeons posés sur l’eau. Cependant, cette espèce-ci, même lorsqu’elle atteint 50 centimètres de long, ne ferait pas le poids face à ces oiseaux.

S’agit-il d’un opportuniste qui profite des petits rongeurs — environ 10 centimètres de long — qui se noient ? Ou d’une colonie de souris du coin qui aurait été submergée par des pluies abondantes ? « L’enquête » se poursuit.

Commentaires