Retour

Des poupées peuvent-elles vraiment traiter la pédophilie?

Une compagnie japonaise fabrique impunément depuis 10 ans des poupées en caoutchouc qui ressemblent à de vraies fillettes dans le but, dit-on, de traiter la pédophilie

Parce qu’elle ne peut admettre qu'existe d’une chose telle que des poupées sexuelles faites à l’image d’enfants, Melissa Evans, une mère et grand-mère australienne, a démarré une pétition demandant à son gouvernement de bannir l’importation de ces jouets sexuels.

Dans sa pétition « Les poupées sexuelles enfantines ne sont pas un jeu », Melissa Evans écrit :

Je suis une mère et une grand-mère. C’est notre rôle en tant que parents, en tant qu’adultes, de protéger nos enfants et leur futur. J’espère que cette pétition interdira l’importation des poupées sexuelles à l'image d'enfants en Australie. Idéalement, la fabrication et la vente de ces révoltantes “aides pour pédophiles” cesseront complètement.

Le concepteur et président des produits de caoutchouc japonais Trottla (M Shin Takagi) dit que ces poupées empêchent le comportement pédophile offensant. Takagi est lui-même un pédophile autoproclamé. 

Les poupées sont faites pour être réalistes, donc le concept normalise le comportement pédophile. Cela soulève de sérieuses préoccupations.

Je ne crois pas que c’est là une dissuasion appropriée contre l’agression sexuelle des enfants.

Pédophile un jour, pédophile toujours?

Le fondateur de l’entreprise, qui se définit comme un pédophile assumé qui n'est jamais passé à l'acte avec un enfant réel, déclare avoir créé la compagnie pour aider les pédophiles à assouvir leurs pulsions et leur éviter de passer à l’acte avec de vrais enfants.

Comme il est impossible de changer l’orientation sexuelle d’un pédophile, selon lui, les poupées ont un rôle d’un substitut en satisfaisant leurs besoins.

J’aide les gens à exprimer leurs désirs, légalement et éthiquement. Ça ne vaut pas la peine de vivre si tu dois vivre avec des désirs refoulés, a-t-il déclaré.

Au moment d’écrire ces lignes, plus de 14 000 personnes ont signé la pétition. Et les commentaires affluent.

Ça valide le comportement, ça le normalise et l’excuse, écrit une internaute. Le fait même que ces dispositifs existent est abominable et réduit l’inviolabilité des enfants et de l’enfance et de leurs souffrances en tant que victimes tout en donnant priorité aux intérêts des criminels.

Je trouve l’idée complètement choquante et une honte pour notre époque, commente une autre. Je crois que ça a l’effet complètement opposé en rendant normaux des actes dégoutants, écrit un autre.

Plusieurs se questionnent : les pédophiles qui n’en sont jamais venus aux actes seraient-ils capables de se contrôler une fois que l’acte en question aura été normalisé avec ce genre d’objets inanimés?

Si l’idée qu’un être humain prenne du plaisir sexuellement avec des enfants impubères, qu’ils soient faits de caoutchouc ou de chair et d’os, vous rend mal à l’aise, n’hésitez pas à aller signer la pétition. Une signature, ce n’est pas grand-chose, mais c’est déjà quelque chose.

(Source)

Commentaires