Retour

Quand McGIll servait de laboratoire à la CIA

McGill a servi de laboratoire à la CIA

Connaissez-vous le projet MK Ultra? Des années 1950 à 1970, la CIA a mené des expériences sur des sujets humains pour développer des techniques de manipulation mentale ou lavage de cerveau (beaucoup moins politiquement correct!) McGill a servi de laboratoire à la CIA, tout comme plus de trente autres universités et institutions américaines… 

Et ce qui a mené l'agence américaine à Montréal ce sont les recherches du psychiatre Ewen Cameron sur la folie qu’il menait à l’Institut Allan Memorial (abritant le département de psychiatrie du centre universitaire de santé McGill) . Il tentait de découvrir comment effacer complètement une personnalité et la reconstruire en installant de nouveaux comportements. De quoi attirer l’instinct de requin des agents en pleine guerre froide… 

McGill, laboratoire expérimental

Les méthodes utilisées font froid dans le dos. Il faut savoir que les cobayes n’étaient pas informés, ni même consentants, à ces expériences. Entrés à l’hôpital pour des troubles mineurs, comme une dépression ou de l’anxiété par exemple, ils se retrouvaient sous dose massive de LSD, subissaient des électro-chocs d’une violence inouïe (30 à 40 fois plus puissants que la normale) , étaient maintenus dans le coma durant plusieurs mois avec des enregistrements jouant en boucle. Sans compter les chambres d’isolation sensorielle ou ils étaient exposés 24 h sur 24 à des messages répétitifs durant des semaines.

Tout ça pour que l’armée bénéficie de techniques d’effacement et de retournement de personnalités afin de diriger les esprits de dirigeants… comme Fidel Castro.

Le Dr Ewen Cameron de McGill a mené des expériences pour le compte de la CIA

Les conséquences sur les cobayes involontaires

Après de tels traitements, les patients se retrouvaient à un niveau enfantin, au point de ne pas maitriser des compétences de base comme s’habiller ou faire ses lacets. Leurs cerveaux ont été ravagés. La petite fille d’une victime a témoigné que ça pouvait prendre trois semaines à sa grand-mère pour lire un journal, des mois pour écrire une lettre et des années pour lire un livre… Certains sont devenus fous et d’autres se sont suicidés.

En 1974, le New York Times révèle les activités illégales menées par la CIA sur le territoire américain. Et malgré la destruction de plusieurs archives, des milliers de documents sont trouvés en 1977. Mais le projet n'est finalement stoppé qu’en 1988. 

Du côté du Canada, les poursuites entamées par les familles obligent en 1992 le gouvernement à céder et à verser une compensation de 100 000 $ à 77 patients, réduits à l’état infantile. Des centaines d’autres se sont vus refusés toute compensation sous prétexte qu’ils n’étaient pas assez endommagés par les expériences.

En 1995, le gouvernement Clinton se voit contraint de faire ses excuses pour les expériences menées sur le territoire américain. Le gouvernement canadien, quant à lui et McGill en particulier, ne se sont jamais excusés de leur implication… 

Le plus ironique dans toute cette histoire, c’est que le Dr Ewen Cameron a participé à l’élaboration du Code de Nuremberg, qui définit les critères entourant l’expérimentation médicale sur les êtres humains… dont le consentement nécessaire du patient.