Retour

Des tatoueurs transforment les cicatrices du cancer du sein en oeuvres d'art

Les survivantes du cancer du sein qui ont subi une mastectomie apprennent lentement à revivre après la maladie. Un des défis qui les attend est souvent de devoir regarder de l’avant après avoir vécu cette dure épreuve, et de reprendre goût en la vie.

Regagner confiance en sa féminité est essentiel pour certaines, et ce n'est pas toujours une mince tâche de le faire en conservant les traces de cette opération pas du tout banale. Des artistes tatoueurs sont là pour ajouter un peu de baume et peu fantaisie à cette expérience difficile.

L'art-thérapie au service des survivantes

Lorsque les patientes sont débarrassées de cette maladie ou qu’elles sont en rémission,  elles peuvent enfin reprendre un certain contrôle sur leur corps. Les tatouages deviennent alors une certaine forme de thérapie afin de renaître de cette épreuve de vie. 

Afin d’aider ces femmes à se sentir belles à nouveau et à revivre, des tatoueurs se spécialisent dans les tatouages conçus spécifiquement pour masquer les cicatrices laissées par cette période de leur vie. Il y a même une agence nommée P.ink (pour Personal Ink, encre personnelle en français) qui aide à mettre en contact ces femmes avec des artistes qui sont prêts à offrir leurs services afin de maquiller les empreintes de cette chirurgie drastique. 

Les cicatrices de cette expérience traumatisante laissent des traces sont sur la peau mais également dans leur esprit. Il est plus facile pour elles de retrouver leur confiance en elles-mêmes et de reprendre le goût en la vie en n'ayant pas à voir dans le miroir les traces laissées sur leur peau par ce scalpel qui leur a sauvé la vie. 

En décorant les seins des femmes de fleurs et d’autres illustrations qui ont une signification pour elles, elles regagnent une fierté qui les fait sentir bien avec elles-mêmes.


2 minutes pour comprendre le cancer


Comme quoi les tatoueurs font parfois un grand bien et une différence marquante dans la vie de leur clientèle.

Commentaires