Retour

12 républicains à qui Donald Trump donne des maux de tête

« Je préfère voter pour Mickey Mouse! » Jean Garrett ne mâchait pas ses mots en parlant de Donald Trump. Le milliardaire demeure le favori pour remporter la primaire dans l'État de New York aujourd'hui. Et peut-être même l'investiture. Mais en cherchant, on trouve bien des républicains qui n'aiment pas Donald Trump, mais pas du tout.

Yanik Dumont Baron

  Une analyse de Yanik Dumont Baron

Vous les trouverez un peu partout dans l'État de New York et ailleurs au pays. Ils sont modérés, pragmatiques et minoritaires dans leur parti. Pour l'instant, ils appuient John Kasich. Ils regardent autour d'eux... et espèrent que leurs compatriotes vont retrouver leur bon sens. En voici quelques-uns.

« Je prie chaque jour pour que Trump ne devienne pas président. Qui irait à son investiture? Il serait capable de semer la colère non seulement aux États-Unis, mais un peu partout dans le monde. C'est un idiot. Il n'a pas sa place à la tête de notre pays. »

« Les Français ont une belle expression : "quel dommage". C'est honteux. C'est une honte que notre société en soit rendue à tomber pour un tel sensationnalisme... C'est encouragé par les cotes d'écoute, par les médias. Et ça met tellement l'accent sur des candidats de moindre qualité que John Kasich. Croyez-moi, dans ce pays, il y a une majorité silencieuse bien grande qui pense comme moi. »

« C'est un peu gênant pour les Américains de voir [les candidats] se lancer des insultes. Mais c'est la nature de Donald Trump. Il doit être numéro un. Et si ça ne fait pas son affaire, il va intenter des poursuites. Les Américains ne sont pas comme ça. On n'a pas besoin de lui comme président. »

« Ce dont j'ai peur? Je ne pense pas qu'il en connaît assez sur les relations étrangères. Avec son esprit et la façon dont il parle des armes nucléaires, par exemple. Et cette idée qu'il faut qu'on fasse ce qu'il demande. Parce qu'il le veut, point à la ligne. C'est un gros intimidateur. Je préfère voter pour Mickey Mouse! »

« Il est allé trop loin. Prenez l'immigration, sa position est raisonnable. Il faut mieux contrôler nos frontières. Mais renvoyer des gens dans leur pays d'origine? C'est de la pure fantaisie. Même chose pour son mur. Il y a bien des gens qui le croient, mais ça ne se produira jamais. »

« C'est son manque de tact qui m'inquiète. Dans nos relations avec les autres pays, le tact est important. C'est un peu épeurant de penser à ça, même si Trump peut avoir de bons arguments à faire valoir. La livraison, c'est important. Sinon, ça peut vraiment être destructeur. »

« On connaît bien des gens qui veulent que Trump perde à la convention. Qu'il soit humilié. Ces gens veulent aussi que le parti change. Il faut être plus accueillant envers ceux qui ne sont pas nécessairement républicains, ceux qui sont musulmans, ceux qui sont gais. C'est notre pays. On a toujours été un pays accueillant. Mais Trump, il n'est pas très accueillant. Il est vraiment dangereux pour notre pays. S'il devenait président, on verrait de la violence. »

« M. Trump joue sur les peurs des gens. [L'exclusion des musulmans], ça ne représente pas les valeurs républicaines que je connais. Je crois que notre parti est accueillant. Plusieurs de mes amis sont musulmans. Les gens viennent ici pour les possibilités, pour l'espoir. »

« Trump n'est pas le genre à faire des compromis. Il n'accomplirait pas grand-chose [s'il était élu président]. Les gens n'aiment pas son radicalisme. Avec ses préjugés, ses idées radicales, il me fait beaucoup penser à Hitler. Je ne suis pas le premier à le dire. »

« Je tiens à mes principes. Et Trump n'en défend aucun. Je ne peux pas changer ça. Je ne pense pas qu'il serait bon pour nous. Trump, il est si libéral. J'ai peur, je ne sais pas si le Parti républicain pourrait survivre. C'est triste, mais il est très libéral, et le parti semble pencher dans cette direction. »

« Donald Trump a mené une campagne vraiment hors de l'ordinaire. Il a dit des choses qui ont mis des gens en colère. Mais il a aussi allumé quelque chose, créé de l'intérêt et convaincu bien des gens de voter. Des gens qui ne voteraient pas normalement. Avec Donald, c'est un peu une épée à double tranchant. »

« Au début, je pensais qu'il était un parfait imbécile. Sérieusement. Il doit réaliser qu'il parle en tant qu'adulte. Pas comme un enfant de deux ans ou un jeune intimidateur. C'est comme ça que je l'ai vu au début. Mais il semble retomber sur terre un peu. Je pourrais peut-être voter pour lui. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine