Retour

160 millions pour Ubisoft : les politiciens aiment beaucoup les crédits d'impôt

ANALYSE - Un jour, Philippe Couillard affirme que l'État n'est pas là pour créer des emplois, mais pour favoriser un climat attractif pour les investisseurs. Le lendemain, il annonce qu'il va financer 37,5 % des salaires de chacun des 1000 futurs employés, qui seront embauchés par Ubisoft d'ici 10 ans au Saguenay et ailleurs au Québec.

C’est 160 millions de dollars d'ici 2027 qui seront investis par le gouvernement du Québec, a indiqué le premier ministre, dans l'expansion d'Ubisoft. En retour, la société française va investir 780 millions de dollars à Saguenay, à Montréal et à Québec, poursuivant ainsi son expansion de ce côté-ci de l’Atlantique.

Le premier ministre du Québec fait comme ses prédécesseurs : peu de temps avant une élection, il sort le chéquier pour financer des emplois. Pour acheter des emplois, diront les plus cyniques!

Ainsi, prenons un exemple, sur un salaire de 100 000 $ octroyé à un employé d’Ubisoft, Québec offre un crédit de 37 500 dollars sur cette dépense dans les impôts qu’Ubisoft doit payer à l’État.

Il s’agit d’un crédit d’impôt remboursable, ce qui veut dire que même si Ubisoft parvient à réduire à 0 l’impôt à payer grâce aux crédits qui lui sont octroyés, l’entreprise pourra continuer de bénéficier du crédit d’impôt. Ainsi, plutôt que de payer des impôts au Québec, Ubisoft pourrait recevoir un chèque du gouvernement.

Dans les faits, c’est ce qui semble arriver depuis plus d’une décennie pour Ubisoft. La Presse rapportait le 22 août qu’Ubisoft a touché depuis 12 ans des subventions gouvernementales au Canada s’élevant à 629,8 millions d’euros. C’est plus que le profit avant impôt déclaré par l’entreprise pour le Canada, de 613,2 millions d’euros.

Investissement rentable

Ubisoft, le gouvernement du Québec et plusieurs autres acteurs dans le secteur du multimédia affirment que ces injections d’argent public sont payantes pour l’économie du Québec. Les entreprises investissent, créent des emplois, des emplois souvent bien payés, c'est rentable pour la société et les coffres du gouvernement.

Des études, mises en valeur par la Commission d'examen sur la fiscalité québécoise, ont été réalisées pour mesurer les effets sur la fiscalité du gouvernement du Québec. La firme E&B Data a calculé que pour un dollar de subvention, Québec avait touché 1,41 $ en revenus fiscaux en 2011, ce qui donne un rendement de 41 %. KPMG arrive à un résultat plus modeste : 7 %. L’étude du ministère des Finances établit à seulement 1 % le rendement pour l’État.

Dans tous les cas, petit ou gros rendement, l’opération semble donc rentable.

Combat perdu pour Boyko et Têtu

Tout ça pour vous dire que le combat des entrepreneurs Eric Boyko et Louis Têtu semble perdu d’avance. Les deux hommes d’affaires affirment que le gouvernement du Québec ne devrait plus verser le crédit d’impôt pour titres multimédias aux entreprises étrangères qui viennent au Québec. Ils sont d’avis que l’État subventionne le vol des talents québécois par des groupes étrangers dans un contexte où les entreprises se battent pour trouver de la main-d’oeuvre compétente en technologie. À leur avis, il est injuste de financer une entreprise étrangère au Québec, même si elle investit chez nous et qu’elle crée des emplois.

Une chose est claire, le geste que vient de poser le gouvernement Couillard à Saguenay est sans équivoque. Pour deux raisons : l’État considère que c’est payant pour l’économie du Québec d’investir dans une entreprise comme Ubisoft. Et c’est encore plus payant sur le plan politique pour un gouvernement de faire cette annonce à 12 mois des élections, surtout dans une région comme le Saguenay, région chère au coeur du premier ministre.

Les subventions sont une arme puissante pour les politiciens. Le gouvernement Couillard l’a réalisé rapidement en début de mandat quand les ministres Martin Coiteux et Carlos Leitao ont été obligés de revenir sur leurs décisions de réduire les crédits d’impôt au Québec. Non seulement cette décision a ébranlé l’économie, mais elle a été très mal reçue et elle était finalement mal avisée. Le cadeau de Philippe Couillard à Ubisoft aujourd’hui le confirme.

Plus d'articles

Commentaires