Retour

2 bains par semaine dans les CHSLD : employés et résidents soulèvent des questions

L'annonce du ministre Gaétan Barrette d'offrir deux bains par semaine aux aînés dans les centres d'hébergement de soins de longue durée (CHSLD) en embauchant 600 nouveaux préposés aux bénéficiaires soulève beaucoup de questions dans les résidences.

Un texte de Nicolas Vigneault

Dans la région de Québec, où l'on retrouve une situation de plein emploi, les établissements pour personnes âgées s'arrachent déjà le personnel. « Je ne sais pas comment on va y arriver », lance Mélanie Galibois, coordonnatrice des remplacements à la résidence Côté Jardins, située dans le secteur Sainte-Foy à Québec.

Elle a même dû faire appel à des travailleurs de Montréal pour combler ses besoins de personnel cet été. « Ils se déplaçaient soit en transport de groupe ou encore en autobus pour venir travailler chez nous les week-ends, qui étaient les plages horaires les plus difficiles à combler. Et le lundi, ils retournaient à Montréal pour revenir chez nous la fin de semaine suivante », explique-t-elle.

Employés et résidents s'interrogent aussi

Patrick Pelletier est l'un des 156 préposés aux bénéficiaires de la résidence Côté Jardins. Comme plusieurs, il salue la décision du ministre Barrette de donner deux bains par semaine aux aînés. « C'est encourageant, mais ça prend les moyens pour arriver à le faire. Présentement, si je veux donner deux bains à tous les résidents qui le souhaitent, je devrai sacrifier d'autres tâches », souligne M. Pelletier, dont les journées de travail sont très bien remplies.

Le deuxième bain dans la semaine était réclamé haut et fort par les résidents et leur famille depuis des mois. « Moi j'en prendrais un tous les jours », s'exclame Gerry Guillemette en parlant des bains supplémentaires annoncés par le ministre Barrette. Mais comme plusieurs, il se demande comment les établissements feront pour trouver le personnel nécessaire pour répondre à la demande. « Je peux comprendre qu'on se tourne vers l'immigration, je suis d'accord avec ça, mais il faut quand même que ces gens-là soient formés. Qu'on soit capables de dialoguer, parce que des fois le niveau de langage n’est pas le même », résume-t-il.

Agences de personnel débordées

Luc Bastien est propriétaire et directeur général de Services infirmiers pro-soins. Il admet que le recrutement de préposés aux bénéficiaires est un défi constant, notamment en raison des conditions de travail qui sont offertes pour ce type d'emploi. « Évidemment, le salaire, c'est le nerf de la guerre. Il faut avoir un salaire décent pour faire vivre sa famille et pour vivre. D'un autre côté, ce n'est pas en augmentant les salaires puis en gardant des conditions de travail difficiles qu'ultimement à la fin de la journée, à la fin de la semaine, à la fin de l'année on se retrouve satisfait de son travail », explique-t-il.

La résidence Côté Jardins tenait régulièrement des journées portes ouvertes pour recruter de nouveaux résidents, mais pour la première fois cette année, il y aura une journée portes ouvertes pour attirer des employés.

Plus d'articles

Commentaires