Retour

2016, année record en matière de changements climatiques

L'an 2016 est à inscrire à l'encre rouge dans la liste des années où le climat a montré de dangereux signes de transformation, révèle une étude publiée jeudi.

Selon les chercheurs, les températures ont ainsi atteint des niveaux sans précédent l'an dernier, tout comme la montée des océans ou encore la production de gaz à effet de serre.

C'est un portrait particulièrement sombre que dessine le plus récent rapport intitulé L'état du climat. Le document évoque la fonte des glaces polaires, des inondations, des périodes de sécheresse, ainsi qu'un nombre grandissant de vagues de chaleur.

Cette perspective est dévoilée après deux années où les températures mondiales ont atteint des sommets depuis 1880, année des premiers relevés du genre.

« Les records de chaleur de l'année dernière résultent de l'influence combinée des tendances de réchauffement du climat à long terme et d'un fort El Nino au début de l'année », lit-on ainsi dans ce rapport rédigé par l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA) et par l'American Meteorological Society (AMS).

Aux yeux des 500 chercheurs originaires de 60 pays qui ont contribué à la rédaction du document de 300 pages, il ne fait aucun doute que le réchauffement planétaire s'intensifie.

Et selon la NOAA, les six premiers mois de 2017, qui ne sont pas analysés dans le rapport, battent également le record de chaleur.

Le document est publié une semaine après l'officialisation de la sortie des États-Unis de l'Accord de Paris.

Températures records au Mexique et en Inde, vague de chaleur meurtrière en Asie, glaces couvrant la plus faible superficie dans l'Arctique depuis 37 ans, multiplication des tempêtes tropicales... l'étude regorge de statistiques peu encourageantes.

Fuiter pour éviter le bâillon

Aux États-Unis, le New York Times a publié cette semaine une autre étude sur le climat, cette fois rédigée par 13 agences fédérales.

Ce rapport détaille l'impact des changements climatiques sur les États-Unis, où les températures moyennes ont fortement augmenté ces dernières décennies, battant un record vieux de 1500 ans.

Le document, qui n'a pas été rendu public, pas plus qu'il n'a reçu l'imprimatur de la Maison-Blanche, a été donné au quotidien new-yorkais par peur de la censure.

L'administration Trump maintient que la contribution humaine au changement climatique n'est pas démontrée.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine