Retour

2016, mauvaise année pour bien des Canadiens

La majorité des Canadiens sondés par l'institut Angus Reid déclarent que l'année qui se termine a été mauvaise pour le pays et le monde en général. La tendance est plus équilibrée lorsqu'il s'agit d'évoquer la situation personnelle.

Un texte de Christophe Le Gentil

Sur la liste des mauvaises nouvelles qui ont contribué à ce ressenti négatif sur l’année écoulée, les crises humanitaires au Moyen-Orient, les attaques terroristes, les résultats d’élections au niveau international et la longue liste de célébrités disparues contribuent à cette impression qu’ont ces Canadiens sur 2016.

Des différences significatives de ressenti sur l’année 2016 existent cependant selon les provinces. Les résidents de Terre-Neuve-et-Labrador et de l’Alberta, deux provinces durement touchées par le faible cours du pétrole et un taux de chômage élevé, sont les plus attristés par cette année. À l’opposé, les Manitobains, qui ont remplacé un gouvernement provincial très impopulaire par un autre plus apprécié, sont les plus satisfaits au pays devant les Britanno-Colombiens.

Un désastre pour le reste du monde

L’année 2016 restera pour les Canadiens une année noire au niveau international. Les images d’évacuation des civils à Alep en Syrie, le flux constant de réfugiés et les nombreux attentats terroristes ont largement contribué à alimenter cette tendance négative.

L’élection de Donald Trump aux États-Unis est aussi largement perçue comme une mauvaise nouvelle pour les relations entre le Canada et les États-Unis, mais aussi le reste du monde. Les amateurs de musique ont aussi vécu une année difficile, avec les disparitions soudaines de David Bowie, Prince, Leonard Cohen et George Michael.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine