Retour

22 nouveaux réfugiés arrivent au Manitoba à pied

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) confirme que 22 réfugiés sont entrés au Canada illégalement au cours de la fin de semaine en traversant la frontière près d'Emerson, dans le sud du Manitoba.

L’un d’entre eux, Farhan Ahmed, a quitté la Somalie en 2014 pour fuir les hommes qui ont tué son père, un chef local. « J’ai reçu des appels me disant que je serai le prochain à mourir, parce que je suis l’aîné de la famille », explique-t-il.

M. Ahmed, père de trois enfants et seul à subvenir aux besoins de sa famille, a dû quitter son pays natal pour se rendre au Brésil, et s’est tracé un chemin vers les États-Unis. Il était détenu au Texas et a tenté de faire une demande d’asile qui a été, par la suite, rejetée par un juge.

Le Somalien devait être expulsé, mais grâce à une erreur administrative, il a été libéré en mai 2015 et s’est vu conférer un permis de travail. Il a donc travaillé en tant que camionneur. « Je suis devenu contribuable, et j’ai pu faire vivre ma femme et mes enfants en Somalie », raconte le réfugié.

Un décret présidentiel décourageant

Toutefois, lorsque le Département de l’immigration américain s’est rendu compte de son erreur, des agents sont venus chercher Farhan Ahmed, mais ce dernier était sur la route.

Le réfugié somalien comptait donc essayer à nouveau de faire une demande d’asile, mais quand Donald Trump a signé un décret présidentiel interdisant l'accès au territoire américain aux ressortissants de sept pays musulmans d'Afrique et du Moyen-Orient, dont la Somalie, M. Ahmed a perdu tout espoir de rester aux États-Unis.

Il a donc décidé de se joindre à un groupe de réfugiés qui ont marché quatre heures dans la neige, à partir de l’État du Dakota du Nord, pour se rendre en sol manitobain, samedi.

Une fois rendu au Canada, le groupe a composé le 9-1-1, et les réfugiés ont été reconduits au bureau frontalier de l’Agence des services frontaliers du Canada, à Emerson, pour faire une évaluation d’admissibilité.

Les personnes déplacées, dont M. Ahmed, ont été libérées et attendent actuellement leur audience de demande de statut de réfugié.

J’espère qu’on me protégera, parce que je ne peux pas rentrer en Somalie. J’ai une femme et des enfants que je n’ai pas vus depuis deux, trois ans. Je souhaite refaire ma vie au Canada, que je puisse faire venir mes enfants et ma femme.

Farhan Ahmed, réfugié somalien

Une tendance fulgurante

La directrice générale du Conseil multiconfessionnel d’aide à l’établissement des immigrants au Manitoba (CMAEIM), Rita Chahal, rapporte que le nombre de réfugiés qui traversent la frontière manitobaine à pied, à la recherche d’aide ou d’asile, a augmenté de façon spectaculaire au cours des derniers mois.

« Rien qu’en janvier, nous avons ouvert une quarantaine de dossiers », souligne Mme Chahal. Dix autres réfugiés sont arrivés la semaine dernière, et avec le groupe qui vient d’arriver en fin de semaine, il y en aura au moins une vingtaine d’autres dossiers à gérer.

Depuis avril 2016, le CMAEIM a ouvert 270 dossiers de réclamations de statut de réfugié. La grande majorité d’entre eux est arrivée depuis l’automne.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les régimes: 10 mythes tenaces