Retour

44 pompiers forestiers québécois s'envolent pour Fort McMurray

En observant les images spectaculaires du feu qui ravageait la ville albertaine de Fort McMurray, les pompiers forestiers québécois s'attendaient à recevoir une demande d'aide, explique le porte-parole de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) de Val d'Or, Robert Lemay.

« Quand la demande officielle est venue de l'Alberta, les mains étaient nombreuses à se lever pour faire partie de cette mission », a-t-il raconté mardi matin, en entrevue à ICI RDI.

Les 44 pompiers forestiers québécois qui partent pour l'Alberta seront divisés en deux sections de 21 sapeurs auxquelles s'ajoutent deux superviseurs pour coordonner le travail de chacune des équipes. La majorité des effectifs partent de Québec; les autres, de Val-d'Or.

Accompagné par le ministre de la Forêt, de la Faune et des Parcs, Laurent Lessard, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a fait un saut à l'aéroport de Québec pour saluer plusieurs pompiers avant leur départ. « Nous sommes fiers de vous », a déclaré M. Couillard en leur rappelant qu'ils représentaient la province. Il leur a également demandé d'être prudents.

« Une citoyenneté partagée, c'est plus qu'un passeport, un drapeau, c'est également l'entraide », a poursuivi M. Couillard sur le tarmac de l'aéroport où il a accompagné les pompiers à leur avion. Le premier ministre a souligné que des pompiers des autres provinces viendraient porter assistance à la SOPFEU si des feux de forêt importants se déclaraient au cours de l'été.

Un « travail à long terme »

Les pompiers québécois ignorent encore la mission qui leur sera confiée, mais ils se mettront à la disposition de la sécurité publique provinciale. Une chose est sûre, selon M. Lemay, ce sera « du travail à long terme ».

« Le rétablissement, ça va être en termes de semaines et même peut-être de mois », a expliqué M. Lemay.

M. Lemay précise que le sol étant très sec à Fort McMurray avant l'incendie, le feu couvera encore dans le sol une fois les flammes éteintes. Les pompiers devront ainsi intervenir au sol au cours des prochaines semaines.

« Probablement que dans quelques jours, on ne verra plus de flammes apparentes comme telles. La température va nous donner un coup de main, mais ce qu'il reste à faire sur l'immense feu, c'est d'aller éteindre toutes les sources de chaleur qui sont encore à l'intérieur des souches, des racines, de la terre », a-t-il expliqué.

Feu de forêt à Fort McMurray

Le pompier explique que la mission de ses collègues dépendra des priorités établies par la direction de la Sécurité publique albertaine. Ces priorités pourraient être de protéger des infrastructures encore menacées ou d'amorcer l'extinction finale de la bordure de l'incendie.

Les pompiers devront ainsi creuser des tranchées coupe-feu pour protéger les portions de forêts qui n'ont pas brûlé.

Solidarité nationale

Outre ces 44 pompiers, le Québec a déjà envoyé quatre avions-citernes la semaine dernière avec une dizaine de personnes pour les manoeuvrer; les Forces canadiennes ont déployé quatre hélicoptères CH-146 Griffon et l'Ontario a envoyé 100 pompiers et un avion de Trenton en renfort.

Déjà aux prises avec ses propres feux de forêt, la Colombie-Britannique a pour sa part décliné la demande d'aide de l'Alberta.

Les flammes ont détruit quelque 10 % de la ville de Fort McMurray, soit environ 2400 bâtiments. La municipalité voisine d'Anzac déplore quant à elle la perte de 12 bâtiments.

Le feu s'étendait encore sur une superficie de 1600 kilomètres carrés, lundi, et il progressait vers l'est. Les températures plus fraîches prévues en Alberta devraient toutefois faciliter la tâche des pompiers dans les prochains jours.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine