Retour

50 ans après Le livre de la jungle de Disney, comment se portent les animaux?

Si Mowgli retrouvait ses vieux amis, il se ferait du souci pour eux. La plupart des animaux de l'histoire sont dans une situation préoccupante. La forêt indienne (« jungle » en hindi) qui a inspiré l'auteur britannique Rudyard Kipling puis les créateurs de Disney, abrite de nombreuses espèces en danger.

Un texte de Thomas Gerbet, correspondant en Inde

Le saviez-vous? Le nom des personnages du Livre de la jungle est en fait l'appellation en hindi de ces animaux. « Baloo » veut dire ours, « Bagheera » : panthère, « Kaa » : python, « Sheer Khan » : tigre royal... Voici l'état de leurs populations.

Éléphant (« Hathi » en hindi)

Il reste moins de 30 000 éléphants sauvages en Inde, l'espèce est en danger. La population a décliné de 50 % depuis la moitié du 20e siècle. Or, c'est en Inde qu'on retrouve la majorité des éléphants d'Asie. Les pachydermes sont victimes de la perte de leur habitat à cause de la déforestation et de l'urbanisation.

Le développement des routes et l'expansion de l'agriculture ont aussi favorisé les conflits directs entre humains et animaux dans cette région qui est la plus densément peuplée du globe. Des centaines d'éléphants et d'humains sont tués chaque année en raison de ces conflits, sans parler du braconnage pour l'ivoire.

Vautour (« Ko » en hindi)

C'est l'espèce la plus en danger de la liste, davantage même que les éléphants. Les vautours indiens sont dans un état critique, selon les experts. Ils font partie des oiseaux les plus menacés de la planète, alors qu'ils sont aussi les plus utiles pour endiguer la propagation des maladies. Des dizaines de millions de vautours indiens qui se nourrissaient des carcasses d'animaux à la fin du 20e siècle, il n'en reste que 30 000, en raison d'un empoisonnement d'origine humaine.

C'est un anti-inflammatoire, le diclofénac (semblable au Voltaren), qui est à l'origine de l'hécatombe. Administré au bétail pour le soigner, il s'est révélé mortel pour les vautours qui mangeaient les carcasses. En leur absence, ce sont d'autres animaux qui se sont occupés des charognes, comme les chiens, les rats ou les corbeaux. Le problème, c'est que ces derniers, contrairement aux vautours, vivent au contact direct des humains. Une recrudescence des cas de rage a été constatée en même temps que le nombre de vautours déclinait.

Panthère (« Bagheera » en hindi)

La panthère noire du dessin animé est en fait de la famille des léopards indiens. La population de léopards, entre 12 000 et 14 000, s'est globalement stabilisée grâce à des efforts de conservation, mais elle reste vulnérable. Des menaces perdurent, comme la perte et la fragmentation de leur habitat ainsi que le braconnage, qui est en augmentation ces dernières années.

Quatre léopards sont tués chaque semaine pour leur peau (trophées de chasse) ou leurs os (médecine chinoise). Par ailleurs, ces félins entrent souvent en conflit avec les éleveurs, qui les tuent pour protéger leur bétail. Les spécialistes estiment que le nombre de léopards devrait décliner dans l'avenir.

Ours (« Baloo » en hindi)

Le personnage de Baloo a l'allure d'un ours canadien, mais c'est en fait un ours lippu indien, plus petit, avec un long nez pour manger des termites. Cette espèce unique en son genre est en situation vulnérable. Il en resterait moins de 20 000 dans les forêts indiennes. Encore une fois, ce sont la perte et la fragmentation de leur habitat qui constituent la principale cause du déclin.

Les activités forestières et minières, la cueillette et l'agriculture sont autant de menaces pour l'animal sauvage. Ayant moins d'espace pour vivre, l'ours lippu s'approche davantage des villages pour se nourrir, ce qui cause de plus en plus de conflits avec les humains... et des décès, des deux côtés.

Python (« Kaa » en hindi)

Le python indien peut mesure 6 mètres et peser 100 kilos. Il vit dans les mangroves et les forêts tropicales. L'espèce est considérée comme vulnérable et en déclin, même s'il n'existe pas de recensement précis. Le reptile est chassé par les humains pour le commerce de sa peau, pour son sang (médecine chinoise) ou tout simplement pour être vendu en animalerie. Le python est aussi de plus en plus souvent écrasé par des voitures sur les routes qui bordent ou traversent son habitat.

Singe (« Bandar » en hindi)

Tout d'abord, une précision : le roi Louie, l'orang-outan qui se gratte le ventre en chantant « Il en faut peu pour être heureux » dans le dessin animé, n'existe pas en Inde. Il n'était pas non plus présent dans le livre original de Kipling. C'est un ajout des créateurs de Disney.

Les autres singes du dessin animé, plus petits, sont des langurs gris, bien présents en Inde. Ils ne sont pour le moment pas menacés, même si un déclin est constaté par les experts. Il resterait une dizaine de milliers d'individus. En plus de leur proximité toujours plus grande avec les zones urbaines, les singes sont victimes d'électrocution lorsqu'ils s'accrochent à des fils électriques. Comme les autres espèces de cette liste, la diminution de la taille des forêts, due à l'activité humaine, leur cause également préjudice. Plus de la moitié des espèces de singe indiennes sont menacées.

Loup (« Akela », qui veut dire « solitaire » en hindi)

Même si le loup bénéficie d’une grande protection par la loi indienne, il est régulièrement chassé par des bergers ou des villageois qui craignent cet animal, souvent de façon exagérée, en raison du mythe qui l'entoure. La fragmentation de l'habitat des loups par l’agriculture ou l’activité minière les menace également. Certaines forêts sont devenues trop petites pour permettre la survie à long terme des populations de loups qu’elles renferment.

Tigre royal (« Shere Khan » en hindi)

Les tigres indiens sont en danger. Il en reste 2226 en Inde, selon le recensement mené l'an dernier. En comparaison, au début du 20e siècle, il y en avait jusqu'à 100 000. Toutefois, il existe une lueur d'espoir. L'an dernier, pour la première fois en plus d'un siècle, le déclin continu des tigres s'est arrêté et leur nombre est reparti à la hausse. Les Indiens ont fait d'importants efforts de conservation pour protéger leur habitat au cours des dernières années. Le pays souhaite doubler sa population de tigres d'ici 2022.

Sources : World wild fund (WWF); Liste rouge de l'Union pour la conservation de la nature (IUCN's red list); Gouvernement de l'Inde; Conservation India, World Journal of Zoology

Crédit des images : Walt Disney Pictures.

Crédit des photos : Gouvernement indien.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine